Procès des massacres du 28 septembre 2009: que retenir des préparatifs !

ACTUALITE 0

Le ministère de la justice a dans un communiqué rendu public, le mercredi 1er août 2018, annoncé les préparatifs de la tenue du procès relatif aux massacres du 28 septembre 2009. Evoquant des craintes quant à son organisation, le garde des sceaux a évoqué les élections législatives en vue et la sécurisation du lieu du procès, qui sont à ses yeux, à ne pas prendre à la légère.

« Je dois attirer l’attention de tout le monde sur ce constat. L’organisation de ce procès sensible doit absolument tenir compte du contexte national, du contexte politique, du contexte social. Monsieur les ambassadeurs qui sont là, vous le savez, la société civile aussi. On a des élections législatives en début d’année 2019, on a les élections présidentielles en 2020. Quand je dis qu’il faut tenir compte du contexte national, ce n’est pas non plus avoir la cécité. Ça ne veut pas dire que le procès n’aura pas lieu, il aura lieu, mais et la date ? La matérialisation de ces conditions doit tenir compte de ce contexte. Sur les autres aspects, c’est la sécurisation du lieu du procès, comment protéger les victimes, les témoins, les magistrats», s’est interrogé Me Cheick Sacko.

Au delà, poursuit-il, il faut tenir compte des victimes en déplacement. Comment les prendre en charge une fois ici. Pour le ministre, cet autre aspect à n’est pas à négliger. «Certaines victimes sont à Dakar, en Gambie en côte d’ivoire. Comment s’occuper d’eux pendant la durée du procès. Ce n’est pas pour rien que dans le comité de pilotage qu’il y a la gendarmerie, mais également la sécurité, qui pourront effectivement donner leur part de conseils sur ces questions. Le reste, c’est le travail des magistrats. J’avais dit ici que ce n’est pas au comité de pilotage de dire comment les magistrats vont travailler. Les magistrats qui seront choisis au niveau du parquet, ou au niveau de la présidence, une fois qu’ils seront installés, c’est à eux de prendre la parole pour que le procès soit impartial », a prévenu le ministre de la justice.

Le ministre a par ailleurs évoqué, même en tant que politique, ses obligations à la fois dans l’éthique, le professionnalisme et l’excellence des magistrats pour la bonne tenue de ce procès.

De l’avis de certains analystes, ces questions soulevées par le patron du ministère de la justice devraient être résolues, faute d’assister à un nouveau coup de théâtre, après ceux déjà enregistrés. Les autorités de la justice avaient annoncé que le procès pouvait se tenir un peu plutôt, ce qui n’a jamais été réalisé au grand dam des victimes.

Alors qu’on croyait que la réunion du comité du mercredi allait indiqué outre le montant dévliné que le pays a besoin pour ce procès, le lieu, et la date, ce comité semble traîner encore les pas. A cela, s’ajoute la volonté politique qui, elle aussi semble absente. Le bénéfice du doute est accordé au comité de pilotage et les victimes prendront leur mal en patience, en attendant le procès du siècle.


SOW Ousmane2 pour factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top