Syndicat de l’éducation : vers un autre bicéphalisme syndical ?

ACTUALITE 0

Le syndicalisme en République de Guinée semble être malade ! Alors qu’une polémique vient de se taire entre les deux Slecg dirigés par Aboubacar Soumah et Dame Kadiatou Bah, une autre crise syndicale se pointe à l’horizon au sein du syndicat de l’Education. Samedi dernier, voyait naissance à Kindia, une jeune structure syndicale de l’Education, dénommée : ‘’ Syndicat National de l’Education’’. Cette organisation compte tacler ses ainés, pour engager une réforme dans le mouvement.



L’annonce se concrétise par des faits, et l’étau se resserre sur Aboubacar Soumah, le secrétaire général du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (Slecg). Michel Pépé Balamou, nouveau secrétaire général du syndicat National de l’Education (SNE), semble être le nouveau pion d’après d’aucuns, du Gouvernement, qui fera mordre de la poussière à Soumah. Lors du congrès qui l’a porté à la tête du SNE, toutes les structures de l’Education des 33 préfectures ont pris part à la rencontre, nous apprends-t-on. Ce dernier est droit dans ses bottes et veut s’atteler à observer, analyser, comprendre et défendre les intérêts matériels et moraux des enseignants dans un cadre objectif et non dans un cadre consistant à faire du populisme syndical.

« Nous ne sommes pas contre une structure syndicale. Nous voulons apporter nous aussi, notre contribution pour améliorer le monde syndical. Nous allons travailler avec n’importe quelle structure syndicale dans le domaine de l’éducation. Nous sommes des syndicalistes responsables qui comprennent que le syndicat n’est pas l’ennemi de l’Etat. Au même titre que les politiques, on dit adversaires mais pas ennemis », fait comprendre, Michel Pépé.



Sauf que, Aboubacar Soumah, qui dit être soutenu par la base, n’est pas prêt à lâcher prise. Pour lui, la création du SNE est un non-événement et n’aura aucun impact.

«Pour nous, ça c’est un non-événement que moi je ne considère même pas, ce n’est pas ma préoccupation. Moi je suis en train de négocier. Si le gouvernement m’appelle à la table de négociations, je viens. Mais cela n’est pas ma préoccupation, les enseignants ont déjà leur syndicat », a déclaré M. Soumah, contacté par un journal de notre rédaction.



Peut-on parler donc de bicéphalisme au sein du syndicat de l’Education ? A quoi doit-t-on s’attendre dans les jours à venir ? L’avenir nous en dira mieux !


A suivre... !


SOW Telico pour factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top