Assemblée nationale: présentation du rapport accablant de la commission santé des infrastructures sanitaires du pays !

ACTUALITE 0

La commission santé de l’assemblée nationale était devant la presse ce vendredi 14 septembre à Conakry. C’était pour présenter le bilan de sa visite des infrastructures sanitaires.

Cette visite a conduit la commission santé de l’assemblée nationale dans 51 centres de santé et hôpitaux publics de la capitale et de l’intérieur du pays dans le cadre du projet de participation des citoyens à la gouvernance de la santé.

Ce projet a pour objectif de renforcer la compréhension et la participation des citoyens sur les réformes de la santé. Il va se mettre en oeuvre sur trois axes: l’appui aux institutions de l’Etat (à travers le ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation, le ministère de la santé et la commission santé de l’assemblée nationale, le renforcement des capacités, des appuis techniques), l’axe de mobilisation communautaire par les médias et l’axe d’appui aux organisations de la Société Civile et les organisations à base communautaire.

Selon le président de la commission santé de l’assemblée nationale, le constat révèle qu’il y a encore du chemin à faire dans le domaine de la santé « Le constat général n’est pas du tout satisfaisant car les infrastructures hospitalières datent de la période coloniale à commencer par Ignace Deen qui a été construit en 1901 et rénové une seule fois en 1974. Aujourd’hui, il est totalement vétuste » a déploré Honorable Ben Youssouf Keita avant de rajouter que la Guinée a des bons cadres et des bons spécialistes venus parfois de l’étranger qui travaillent souvent bénévolement malheureusement qui n’ont pas de matériel de travail en citant comme exemple l’hôpital Donka où les patients sont transportés au camp Boiro. Selon lui, 70% du matériel utilisé dans nos hôpitaux sont vétustes, chose qui accompagne la vétusté des infrastructures. « Donc la vétusté des infrastructures, le manque d’eau et de courant, la vétusté du matériel, le manque de laboratoire et de bloc opératoire, le manque du personnel qualifié, le manque de subventions, le manque criard de spécialistes et le manque d’entretien du matériel disponible sont les maux dont souffrent le système sanitaire guinéen.

Ce député pointe du doigt le budget alloué à la santé. « Nous avons un budget infime de la santé, nous sommes actuellement à 8,2% nous étions à 2,3% en 2017 après notre tournée à l’intérieur du pays, nous avons plaidé et avec le gouvernement nous avons pu augmenter le budget. Mais 95% de ce montant sert à payer le personnel médical »

L’objectif final de cette commission santé de l’assemblée nationale, est l’obtention du budget de la santé à 15%, plaider auprès des bailleurs pour l’obtention des fonds.
La visite des îles et des hôpitaux privés est prévue dans le prochain volet du programme.

Ce programme a été soutenu par le projet de participation des citoyens à la gouvernance de la santé financé par l’USAID et l’appui de Search for common ground pour une période de trois ans dont la première vient d’être bouclé par cette conférence de presse.


SOW Ousmane2 pour factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top