Kalémodou remet en cause la légitimité de Toss : « Dans la salle, il n’y avait pas plus de 15 conseillers présents ».

ACTUALITE 0

Ce jeudi 7 février, Kalemodou Yansanè se réclame toujours maire de Matoto, élu le 15 décembre 2018. Ce, malgré la tenue d’une nouvelle élection, sans lui et les autres conseillers de l’UFDG, qui a abouti à l’élection de Mamadouba Toss Camara, celui-là même qu’il avait battu. Il précise que son parti saisira les tribunaux pour dire, dit-il, le droit.

Les conseillers élus sous la bannière de l’UFDG à la mairie de Matoto, ont brillé par leur absence, à l’occasion de la reprise de l’élection du maire, ce jeudi. Kalemodou Yansanè, candidat de l’UFDG et vainqueur lors de la première élection, a expliqué à la presse, pourquoi le parti de Cellou Dalein Diallo n’a pas participé qu’il avait déjà appelé une ‘’mascarade électorale’’. « Nous n’avons pas été au vote aujourd’hui. Parce que je suis élu avec 23 voix sur 45. Je ne peux pas mettre mon titre enjeu. La loi prévoit que le corps électoral soit convoqué par arrêté du ministre. Nous ne pouvons pas le suivre dans ça. » Fulmine M. Yansanè.

Selon le député, seul le RPG arc-en-ciel, a été convié à cette élection. Kalémodou Yansanè croit savoir qu’il n’y a eu que 15 personnes qui ont participé à ce vote. « Les 14 élus de l’UFDG ne sont pas venus. Celui du PEDN n’était pas là. Celui du RPR est à Kamsar. Il y a un qui est décédé. Le PUP n’est pas venu. Il a été élu par 30 voix. Il y a un qui est décédé. Cela fait 31. Nous, nous avons 14 ici, le PEDN est au Canada. Il y en a qui n’ont pas été informés. Il y en a d’autres partis politiques dont je ne peux pas citer le nom qui n’ont même pas été conviés. Il y a d’autres même dans les rangs du RPG qui n’étaient pas aussi conviés. Dans la salle, il n’y avait pas plus de 15 personnes (conseillers élus) présentes. Tout le reste, c’est de la procuration. Est-ce que c’est ça la démocratie ? C’est ce que nous voulons pour la Guinée ? Nous, on ne s’associe pas à ça. Pour moi, cette élection ne compte pas. C’est une violation publique ››, déplore M. Yansané.

Plus loin, il affirme qu’à partir de l’instant, son parti va saisir les tribunaux pour, dit-il, dire le droit. « On ira au tribunal de Mafanco. De-là, si nous avons gain de cause, c’est bien. Sinon, on poursuivra à la cour suprême pour dire également le droit », a-t-il annoncé.

A partir du moment où il a préféré la voie juridique, il souhaite ne pas être agressé par le parti au pouvoir. « Nous ne voulons pas de provocation. Et tout à l’heure, il y a un véhicule qui est venu avec les couleurs jaunes me provoquer devant ma porte, ici. Il y a même un jeune qui a été blessé. On a jeté une pierre sur lui et il est blessé sur la main. C’est dommage. Depuis ce matin, je prêche la paix. Alors, si on nous provoque, on va essayer de riposter. Je ne vais pas dans la rue. Mais, je ne peux pas croire qu’on puisse se dire gagnant dans une élection, et venir provoquer celui-là que vous estimez être perdant. Aujourd’hui, il y a eu un accident ici, c’est Dieu qui a sauvé les gens. » relate-t-il.


SOW Telico pour Factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top