Maîtrise du français par les enseignants : Prof. Bano Barry pense que le problème peut se régler en 45 heures…

ACTUALITE 0

Prof. Alpha Amadou Bano Barry, président de la commission d’assainissement du fichier du personnel enseignant, reste sous les feux de la rampe. Le conseiller du chef de l’Etat en charge de l’éducation, a dégagé des pistes permettant de sortir l’école guinéenne de sa léthargie. C’était lors de son passage dans l’émission ‘’Oeil de lynx’’, de la radio Lynx FM, ce mardi 12 mars.
« Si nous voulons régler l’intégralité du système éducatif, mettre tout à plat et repartir à zéro, ce n’est pas une année sabbatique qu’il faut. On doit se donner un mandat d’avoir les deux ans », a avisé le Pr Bano.
Les réformes à mettre en place sont connues de cet ancien Recteur. Il prévoit d’abord que les enseignants soient soumis à un ‘’test diagnostic’’. Objectif, déterminer le niveau de compétence d’abord en langue française. « Parce que c’est là le véritable problème, la maîtrise de la langue française. On forme les formateurs. On place chaque enseignant dans une catégorie. Après ça, on met un dispositif de formation continue à la carte, c’est-à-dire chacun en fonction de ses propres lacunes, de son niveau, selon son rythme…jusqu’à ce que vous ayez un niveau international pour faire des études universitaires de B2. Et ça, ça peut se faire en une année, avec des modules de 45h », croit-il savoir.
Ainsi, dit-il, ceux qui développeront des lacunes, seront placés dans un autre dispositif de renforcement de niveau.
La deuxième phase va, selon lui, concerner le renforcement de capacité de chaque enseignant dans sa discipline. « Il s’agira d’apprendre à l’enseignant de dispenser le contenu des connaissances en histoire, par exemple, en rapport avec le contenu du programme, tel qu’il a été pensé ». A ajouté le président de la commission en charge de l’assainissement du fichier des enseignants guinéens.
La dernière phase de réformes porte sur la pédagogie. « C’est-à-dire comment enseigner ? Parce que tout le monde croit qu’enseigner, c’est venir parler de ce qu’on connait. Mais aussi, comment évaluer ? Car, chaque niveau d’enseignement correspond à un mode d’évaluation. Il y a des évaluations certificatives, diagnostiques… Les enseignants doivent être en mesure de les distinguer. Même la façon de formuler un sujet compte », a expliqué le professeur de sociologie.
Pr Alpha Amadou Bano Barry assure que cela est possible en ‘’deux ans’’.
« On est en train de renforcer le système lentement et sûrement. On relève le niveau progressivement. Mettre les gens en situation de formation continue et renforcer en même temps la formation initiale », a-t-il conclu

SOW Telico pour factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top