Participation de la Guinée au FESPACO : la Directrice Générale de l’ONACIG en colère !

ACTUALITE 0

L’ONACIG (Office national de cinématographie, de vidéographie de Guinée) est, à travers sa directrice générale est sortie de sa réserve ce lundi 13 mai 2019. Dans une déclaration rendue publique dans les locaux du ministère de l’information et de la communication, Mme Mariama Camara, l’ONACIG dément ce qu’elle appelle une ‘’histoire d’endettement’’ de la délégation guinéenne lors de la dernière édition du Festival Panafricain du Cinéma à Ouagadougou, la capitale Burkinabé.

Selon elle, son institution ne s’est jamais endettée pour la participation de la Guinée au FESPACO.

L’ONACIG ‘’choqué’’ dit rejeter et condamner les propos ‘’mensongers’’ de Kader Yomba Condé, relatifs à la participation de la Guinée au FESPACO 2019 sur une radio de la place.

Elle parle aussi d’une attitude « maladroite et malhonnête » de M. Kader Yomba Condé.

Pour éclairer la lanterne du public, dit-elle, la directrice générale apporte des précisions. « L’ONACIG confirme que la délégation officielle de la Guinée à la dernière édition du FESPACO était composée sous l’égide du ministère de tutelle de Sékou Oumar Barry, (Cinéaste et auteur de « Et vint la liberté »), Moussa Kémoko Diakité réalisateur de « Naitou l’orpheline » et Mariama Camara Directrice Générale de l’ONACIG et Secrétaire Régionale de la Fédération Panafricaine des Cinéastes FESPACI). Les deux premiers ont été récompensés pour services rendus au cinéma africain, et la Directrice Générale de L’ONACIG pour ses activités dans la sous-région au sein de la FESPACI », a-t-elle expliqué.

Et Mariama Camara d’ajouter : « les trois films guinéens sélectionnés au FESPACO 2019 concernent un court métrage de fiction réalisée par un jeune guinéen avec une production sénégalaise à Dakar et deux (2) films d’écoles produits par l’ISAG de Dubréka. Le FESPACO prend en charge les réalisateurs dont les films sont sélectionnés. C’est donc faux et malhonnête de la part de M. Kader Yomba Condé d’affirmer qu’il s’est endetté pour envoyer une équipe composée de ces jeunes cinéastes, puisque ces derniers étaient déjà pris en charge. La participation au FESPACO tout comme les financements de l’État sont soumis à un règlement que tous les cinéastes professionnels et sérieux connaissent. Les services de L’ONACIG ne sont pas concernés par le soi-disant endettement de M. Kader. […] Kader Yomba Condé n’est ni un producteur, ni réalisateur, ni technicien, ni acteur des films sélectionnés. Pourquoi donc s’endetter pour envoyer les deux réalisateurs déjà pris en charge ? C’est l’État qui a financé les deux films d’école sélectionnés par le biais de l’ISAG, puisque c’est l’État qui subventionne cet institut. M. Kader Yomba Condé n’honore pas la profession du cinéaste », a renchéri la responsable de l’Office national du Cinéma et de la vidéographie, visiblement très en colère.

Faut-il le rappeler, M. Kader Yomba Condé a déclaré s’être endetté d’une somme de 132 millions GNF pour, dit-il, financer la délégation guinéenne à l’occasion de sa participation à la dernière édition du FESPACO au Burkina.


Adama Bah pour Factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top