Évaluation des pharmacies grossistes : le ministère de la santé à rude épreuve !

ACTUALITE 0

Le 15 Août dernier, le ministère de la Santé déclenchait l’opération d’évaluation des pharmacies grossistes de Guinée. Bien que décidé unilatéralement par ce département en violation des textes de loi en la matière, mais il faut dire que la plupart de ces 48 sociétés de pharmacies grossistes ont accepté d’être soumises à ce test qui a pris pratiquement deux à trois semaines.

Paradoxalement, près de 3 mois aujourd’hui qu’aucun résultat n’est publié au point que cela suscite des interprétations. Encore des magouilles en vue ?
Sur cette épineuse question, le Directeur National Adjoint de la Pharmacie et du Médicament, Dr Nyankoye Gomou lâche : « C’est un travail qui a été commandité par la Présidence de la République. A ce jour, tout est fin prêt et le rapport d’évaluation est parti. Très bientôt les résultats seront connus. Déjà, il y a des pharmaciens qui ont écrit. Mais que tous se calment. Tous ceux qui auront répondu aux critères seront retenus ».
Selon justement des indiscrétions, ce département serait sérieusement secoué ces derniers temps par ce mouvement. Il semble que certains auraient donné de fortes sommes d’argent pour être retenus ?
Ce que Dr Gomou rejette en bloc : « Dans tous les cas, après les résultats, je vous convierai à une conférence de presse et vous saurez que le département a bien travaillé ». Ainsi soit-il !
Dans tous les cas, nous avons tendu notre micro à un pharmacien grossiste. Il ne mâche pas ses mots. DR Fofana est de CHIGUIPHARM : « Le nombre de grossistes est un faux débat. En aucun cas, on doit le limiter. Tous ceux qui ont répondu aux critères doivent être retenus. C’est quand le nombre est important d’ailleurs que ça devient intéressant. Les populations n’ont pas de problème de rupture de médicaments. Donc je demande aux autorités d’en tenir compte » Et d’ajouter : « Le vrai problème c’est le marché parallèle. Eux ne respectent aucune condition d’hygiène et de stockage des médicaments. Finalement, au lieu d’être un médicament, ça devient un poison pour la santé. Il faut les supprimer. Dans les autres pays de la sous-région, il y en a où on compte plus de 40 grossistes. Donc, là n’est pas le problème ; Le problème c’est le marché parallèle », conclut-il.
Plus loin, un autre grossiste menace : « Si les résultats des évaluations sont magouillés, alors ce sera un soulèvement populaire. Donc le Président ne doit pas écouter ceux qui viennent lui mentir. On sait qu’il se bat pour la promotion de l’initiative privée des jeunes guinéens. Si on ferme toutes ces sociétés, non seulement il y aura du chômage mais encore qui va rembourser tous nos investissements ? , s’interroge-t-il.
Tous les regards sont donc tournés désormais vers la Présidence !

Bamba Bakary Gamalo pour factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top