Deuxième partie du Panafricanisme et Quatrième Révolution : Ma contribution au discours du Président de la République (Par Ben Daouda Touré)

ACTUALITE 0

Quel que soit le gouvernement, son caractère, son orientation et sa compétence, nous sommes désormais condamnés à travailler et à vivre autrement dans un village universel (je ne veux pas dire « VILLAGE PLANETAIRE », dont le concept est associé au Globalisme économique)..
Le Futur des Economies au niveau planétaire ne pourra plus être dissocié de la Technologie de masse et de la Modernisation de l’Administration.
Comment pouvons-nous convaincre nous-mêmes que les plantations seront désormais surveillées par des dromes et mécaniquement arrosé 24/24 à partir de notre domicile ?
Les sols analysés et traités par des drones et à partir de notre domicile ou par des agents qui ne se déplaceront pas ou très peu ?
Le Photographe ne sera plus obligé de suivre un cortège présidentiel en voiture, un drone lui suffira ; les Ministres n’auront plus besoin de voir les chefs de service tous les matins….
Le Maire pourra célébrer les mariages à distance ;
Un Docteur pourra suivre et guider des opérations chirurgicales en Guinée à partir des Etats Unis ;
Pourrons-nous échapper au boom du Commerce Electronique ?
Rien de nouveau ; toutes ces choses existent et sont opérationnelles depuis au moins une dizaine d’années. Mais nos Etats sont-ils préparés pour recevoir ces Technologies Nouvelles ?
L’Administration Publique et Privée sont-elles outillées pour exploiter ces Nouvelles Technologies?
EXEMPLES : Les condiments pourront désormais être livrés à domicile en cas de pandémie.
A quelle adresse? L’Urbanisme s’y prête ?
Si à partir de son domicile on peut commander sa marchandise et la dédouaner ;
Que deviendront les intermédiaires ?
Nous sommes tous conscients que si le Covid-19 avait frappé l’Afrique comme l’Europe et les Etats Unis, la famine aurait fait plus de victimes que la maladie elle-même. Et nul ne sait ce que Demain nous réserve.
Ce sont là quelques problématiques de la Technologie de Masse qu’il nous faudra acquérir;
Il ne s’agit pas de gadgets, notre Souveraineté en est liée.
En 1958 la France est partie avec tous les documents pouvant servir au développement de la Guinée. Imaginez la même chose en ces temps modernes : qu’on prive le continent africain de tout accès internet !
Actuellement nous avons des adresses électroniques qui se terminent comme : @Yahoo.fr (France), @Yahoo. Ca(Canada) ou terna22@gmail qui est Google etc…. mais vous ne verrez pas d’adresse électronique comme : ternakamissoko@ YAHOO.GN (Guinée), pourquoi ? Parce que nous n’avons aucun lieu de stockage (Serveurs) pour nos informations électroniques (les DATA BASE), par conséquent nous ne pouvons pas avoir un Boulevard pour le transport de l’Information (WEB SITE). On transporte une marchandise d’un point à un autre, on ne l’abonne pas dans la nature.
A ce jour tous les courriers que nous envoyons et recevons transitent par la France ou Londres. Même les réseaux sociaux.
Vous parlez de Souveraineté ?
En outre, l’acquisition de tout cet arsenal électronique ne garantira ni la Paix Sociale, ni le Développement et moins encore la Prospérité, si elle n’est en phase avec une organisation politique et sociale concordante : Un Etat fort et une Administration Moderne : Disposition Juridique et Règlementaire, une autre Organisation de Travail plus évolutive et plus souple.
Si vous me lisez bien, vous comprendrez que la solution est d’abord politique.
L’Afrique n’a pas un problème Economique, Social, Culturel ou Technologique, elle a un problème Politique dont les conséquences sont économiques, sociales, culturelles et Technologiques.
La Politique doit se définir comme outil de gestion de la cite (Nation) et non pas une stratégie pour la prise du Pouvoir.
Merci

Par Ben Daouda Toure pour factuguinee.com
aframglobal@aol.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top