Politique: le collectif et l’ADP appellent à faire de ce vendredi une journée de prière et de recueillement en hommage aux victimes de la démocratie

ACTUALITE 0

Les leaders du collectif des partis politiques pour la finalisation de la transition et l’Alliance pour le développement et le progrès (ADP) ont animée, jeudi 27 septembre 2012, une conférence de presse à Conakry.

Objectif, faire la situation sociopolitique du pays au lendemain de la marche organisée le 20 septembre dernier.

D’entrée, leur porte parole, Ms Aboubacar Sylla a tenu à rappeler que la forte mobilisation des populations de Conakry lors de la marche du 20 septembre dernier prouve, si besoin en est, l’adhésion massive des populations aux revendications de l’opposition. Il a cependant déploré des expéditions punitives des loubards du RPG arc-en-ciel au pouvoir qui, selon lui, ont empêché de clore la marche en beauté.

Fustigeant l’impunité qui gangrène le pays depuis son indépendance, Aboubacar Sylla a souligné que la constitution autorise l’opposition de marcher sur la voie publique. L’Etat guinéen doit maintenant arrêter de tire sur ses citoyens à cause de la revendication d’un droit constitutionnel.

Selon M. Sylla, lors des contre manifestations qui ont suivi le lendemain de la marche, trois jeunes militants de l’opposition ont été tués par balles. Et des enquêtes sont en cours pour identifier les auteurs de ces crimes odieux.

Revenant sur les représentants de l’opposition au sein de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), il a rappelé que le quota de l’opposition ne sera dilué dans aucun magma d’alliance politique opportuniste pour créer de déséquilibres au sein de la future CENI. Et affirme que le débat sur la désignation des dix (10) représentants de l’opposition à la CENI est déjà clos.

«Nous ne faisons pas un débat de chiffonnier, on connait qui est de l’opposition et qui ne l’est pas. Donc il n’y a pas de problèmes à ce niveau. Il n’y a pas une autre opposition que nous… » dira en substance Lansana Kouyaté, leader du parti de l’espoir pour le développement national (PEDN).

Pour l’ancien ministre de l’information et porte parole de l’opposition, Way Mark est un choix du président Alpha Condé négocié en Afrique du sud.

«Nous ne procéderons à aucune surenchère politique face à nos revendications qui sont au nombre de trois à savoir : la parité au sein de la CENI, le choix d’un nouveau opérateur de saisie et le vote des Guinéens de étranger. Il ne s’agit pas de revendications supplémentaires. Mais il faut que la nouvelle CENI soit libre de toute contrainte… », a-t-il expliqué.

S’exprimant sur l’obtention par notre pays du point d’achèvement de l’initiative PPTE (pays pauvres très endettés), Cellou Dalein Diallo de l’UFDG affirme que c’est lui qui a négocié, pour la première fois, ce fameux PPTE en faveur de la Guinée en l’an 2000 pendant qu’il était gouverneur de la Guinée à la banque mondiale.

Sidya Touré soutient, pour sa part, que l’obtention du PPTE est une opportunité pour la Guinée mais, dit-il, il faudra savoir comment gérer la suite.

De son côté Fodé Mohamed Soumah du GECI soutient qu’il doute fort que la Guinée soit capable de tirer profit de ce PPTE.

Enfin, les leaders du Collectif et de l’ADP ont lancé un appel au peuple de Guinée à faire de la journée du vendredi 28 septembre 2012, une journée de recueillement et de prière pour rendre hommage aux trois jeunes militants de l’opposition tués lors de la marche du 20 septembre dernier. Ces trois victimes seront inhumées, vendredi 28 septembre, à 14 heures au cimetière de Bambéto après la prière à la grande mosquée fayçal de Conakry.

Mamadou Bailo Barry, Factuguinee.com



0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top