Fête de l’indépendance à Kankan : « Où est Air Guinée aujourd’hui et où est passé le chemin de fer Conakry Kankan ? », s’interroge Alpha Condé

ACTUALITE 0

A l’occasion de la célébration de fête d’indépendance à Kankan le samedi 13 janvier 2018, le président de la République s’est attaqué à nouveau aux anciens premiers ministres sous le régime du feu Général Lansana Conté.


« Sékou Touré a été victime du fait d’avoir osé dire Non. La Guinée a été mise en quarantaine, isolée, mais l’isolement n’a pas marché grâce à la coopération avec la Chine et l’union soviétique à l’époque. Ce qui fait que la Guinée a avancé malgré tout (……). Le président Conté était militaire, pas un politicien. Il a voulu faire ce qu’il pouvait, mais lui ses adversaires étaient des cadres. Des cadres qui ont préféré piller le pays, gérer le pays à leur profit plutôt que de faire avancer le pays. Voilà l’adversité à laquelle les cadres ont imposée au président », a indiqué Alpha Condé.

Le chef de l’Etat a tout de même évoqué le manque de patriotisme de certains cadres qu’il accuse d’être à l’origine de la chute de la compagnie Air Guinée : « Après l’Ethiopie, la Guinée a été le pays au Sud du Sahara à avoir une compagnie aérienne avec un commandant de bord guinéen, Air Guinée. Mais où est Air Guinée aujourd’hui ? Disparu ! Pas par un fait de Dieu mais par le fait de ces cadres qui n’aiment pas le pays qui ont préféré bazardé la compagnie ».

« L’administration française avait construit le chemin de fer Abidjan-Ouagadougou, Dakar-Bamako, Pointe Noire Brazzaville, Conakry-Kankan. Aujourd’hui nous constatons que les trains des autres pays marchent mais où est passé le chemin de fer Conakry kankan ? Nous somme l’un des rares pays en Afrique de l’Ouest à avoir une compagnie maritime Guinomar, c’était une fierté de la Guinée mais où est Guinomar ? », s’est interrogé Alpha Condé.

De la conscientisation à la sensibilisation des citoyens à la promotion de la paix et de la quiétude sociale, le premier magistrat du pays demande aux populations guinéennes de gagner la batille de l’unité : « Lorsqu’il y a eu Ebola en Guinée, les pays voisins ont fermé les frontières. Il y a des peulhs au Mali, des malinkés au Mali, des soussous en Guinée Bissau, mais est-ce qu’un peul de la Guinée, un malinké de la Guinée ou un soussou de la Guinée pouvait aller au Sénégal, en Cote d’ivoire ? Non ! Parce qu’ils étaient guinéens. Alors les guinéens doivent comprendre que les Peulhs, Malinké, Kissi Toma Guerzés, Baga ou Landouma doivent vivre ensemble. Ils sont d’abord guinéen avant d’êtres Malinké, Kissi Toma Guerzés, Baga ou Landouma.

« La bataille que la jeunesse guinéenne doit mener aujourd’hui, c’est la bataille pour l’unité, l’unité, encore l’unité pour le bonheur du pays. Ces jeunes ne doivent plus se laisser manipuler par des politiciens en perte de programme, qui n’ont pas de programme, qui ne peuvent rien présenter au peuple et qui manipulent les jeunes pour bloquer ce pays sur le plan du développement », a déclaré Alpha Condé.
Sow Ousmane2 pour factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top