«La gouvernance globale du secteur de santé laisse à désirer et ne correspond à aucune orthodoxie encore moins à un référentiel connu.» dixit Dr. Mohamed Kerfalla CAMARA président de la COCIMOP-SANTÉ

ACTUALITE 0

La COCIMOP-SANTÉ est une plate-forme de la société civile regroupant en son sein plusieurs ONGs. Cette organisation forte de ses membres se fixe pour objectif d'améliorer la santé de la population par l'accès facile aux soins de qualité. En plus de ces objectifs qui ne sont les moindres, cette ONG se donne pour priorité primordiale de venir en aide aux personnes vulnérables notamment les femmes et les enfants.
Dans cette interview exclusive à bâton rompu, le président de la COCIMOP explique les tenants et les aboutissants de leurs activités, les acquis et les perspectives de celle-ci dans les prochaines années. En exclusivité !

factuguinee.com : Monsieur le président de la COCIMOP-Santé, présentez-vous à nos lecteurs ?
Dr Mohamed Kerfalla Camara : Je réponds au nom de Dr. Mohamed Kerfalla CAMARA à l’état civil. Je suis Pharmacien de profession, et titulaire d’un diplôme d’étude approfondie (DEA). Je suis également Enseignant chercheur à la Faculté de Médecine, Pharmacie et Odontostomatologie de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, et celle de la Source. Et pour faire simple, je suis activiste de la Société civile guinéenne depuis 2000. En décembre 2017, j’ai été élu président de la COCIMOP-Santé, entendez, Coalition des Citoyens mobilisés pour la santé.

Parlez-nous de la COCIMOP-Santé ?
La COCIMOP -Santé est une plateforme du mouvement social guinéen qui a été créée le 10 décembre 2017 et autorisée par le Ministère de l’intérieur et de la décentralisation sous le N° 0175/MATD/CAB/SERPROMA/2018 du 24 mai 2018, sur l’initiative d’un consortium d’ONGs de santé communautaires ayant choisi de se mettre ensemble dans une dynamique citoyenne afin d’apporter des réponses et des solutions idoines aux nombreux défis sanitaires auxquels les populations guinéennes sont confrontées.
A ce titre, la COCIMOP-Santé regroupe en son sein une cinquantaine d’ONGs et des cellules universitaires qui ont été implantées dans les Universités publiques et privées et autres grandes institutions d’enseignement supérieur et professionnelles à Conakry et dans l’arrière-pays.
La COCIMOP-santé a pour but de contribuer à l’amélioration de l’état de santé des populations Guinéennes et des étrangers vivant sur le territoire national. Pour cela, nous envisageons de mener des actions fortes d’information, de sensibilisation et d’éducation à l’intention des citoyens et de faire des plaidoyers à l’adresse des pouvoirs publiques d’une part et les partenaires techniques et financiers, d’autre part.
La COCIMOP-santé, forte de ses nombreuses ONGs membres, s’engage aux côtés des autorités publiques dans la mise en œuvre des politiques publiques de santé de façon efficace et efficiente dans l’intérêt des populations.
Du point de vue de structure et fonctionnement, la COCIMOP-Santé comprend une Assemblée générale, un Bureau exécutif de 15 membres, 7 antennes régionales, et 4 cellules universitaires. Elle dispose aussi de structures d’appui que sont le comité scientifique et le comité d’éthique et de déontologie ainsi que des groupes thématiques.
La COCIMOP-santé est ouverte à toutes les ONG nationales et internationales à condition de partager sa philosophie et adhérer à ses Statuts et Règlement intérieur en vigueur.

Quels sont les objectifs de la COCIMOP?
La COCIMOP-Santé a pour objectifs, entre autres:

  • D’accroître la participation des ONGs en santé au développement humain, équitable et durable en Guinée. Pour cela, la COCIPOM-Santé vise notamment à promouvoir de nouveaux partenariats entre ses membres d’abord, puis avec l’Etat et les autres acteurs du développement, en Guinée et à l’international;
  • De renforcer le rôle du mouvement social dans la définition et la mise en œuvre des politiques publiques de développement humain, social et économique, avec une attention particulière aux initiatives et aux besoins des couches les plus vulnérables de la population notamment les enfants, les femmes, les adolescents, les handicapés et les Associations des malades souffrant des maladies chroniques, endémiques et à potentiel épidémique tels que l’hypertension, le diabète, le cancer, le sida;
  • D’améliorer l’état de santé de la population guinéenne à travers son implication effective dans la mise en œuvre des politiques publiques de Santé, telle que définie par le gouvernement et qui prennent compte les besoins réels des populations à la base;
  • De contribuer à un meilleur accès des citoyens au service de santé de qualité, et à coût abordable, etc…,
  • De mener des actions et des stratégies pour améliorer la gouvernance du secteur de la santé,

Quelles sont les raisons qui ont motivé la création de la COCIMOP-Santé étant donné qu’il y’a d’autres ONGs sur le terrain ?
Merci pour cette question. Tout est parti d’un constat selon lequel, nos populations en dépit des efforts considérables déployés par l’Etat à travers des engagements financiers importants issus du budget national de développements (BND) que le gouvernement alloue au secteur de la santé et les financements massifs et prioritaires des partenaires techniques et financiers, l’état de santé des populations Guinéennes ne fait que se détériorer de jour en jour. L’accès aux soins de santé de qualité n’est pas au rendez-vous, la disponibilité des médicaments dans les structures est quasi nulle, la prévention des maladies endémiques et à potentiel épidémique balbutie et les prestations des services de santé sont inadéquats. Pire encore, la gouvernance globale du secteur laisse à désirer et ne correspond à aucune orthodoxie encore moins à un référentiel connu. Nous sommes dans un pilotage à vue, un éternel tâtonnement voir recommencement. Pendant ce temps, des milliers de Guinéens meurent de maladies jugées peu graves et dont la prise en charge sous d’autres cieux est plutôt simple et à un coût quasi-nul.

C’est donc dans un tableau on ne peut plus sombre que les ONGs de santé que nous sommes, et dont la plupart exercent depuis plus d’une décennie, avons décidé de mettre nos expériences et nos compétences ensemble dans une synergie d’actions fortes afin d’améliorer cette triste réalité et impacter ainsi positivement notre système de santé considéré comme l’un des moins performants de la sous-région Ouest africaine.

Ainsi, notre stratégie va s’inscrire dans une démarche de rédevabilité vis-à-vis des citoyens et visera des objectifs précis et mesurables dans ce domaine à court, moyen et à long terme. D’où l’idée de création d’une plateforme qui va porter des actions phares tout en gardant son rôle traditionnel à savoir, encadrer les ONGs membres à la base, et faire le plaidoyer auprès des autorités publiques et les partenaires techniques et financiers.

Nous descendons dans l’arène citoyenne, pour non seulement capitaliser les acquis mais aussi et surtout opérer des actions citoyennes qui vont aller dans le sens du renouveau et de la créativité au sein des ONGs afin qu’elles puissent effectivement défendre l’intérêt général de la population dans le domaine de la santé.

Vous ne trouvez pas que les agents de santé en général et les médecins et pharmaciens en particulier sont les vrais problèmes dans le tableau noir que vous venez de décrire ?
A priori, je vous le concède. Mais, voyez-vous, pour une meilleure appréciation de ce genre de jugement de certains de nos compatriotes, il y’a lieu de s’introduire et de s’investir dans le milieu médico-pharmaceutique à l’effet de mener des enquêtes indépendantes d’ordre social et professionnel afin de situer les responsabilités des uns et des autres. Cela dit, je comprends parfaitement le fonds de votre idée et partage son sens.
En effet, je sais qu’il y’a des professionnels indélicats qui, hélas, foulent au sol les règles d’éthique et de déontologie qui régissent et encadrent l’exercice des métiers de la santé publique. De ce fait, ils sacrifient le caractère noble et sacerdotal de cette belle et magnifique profession de la santé pour laquelle nos ainés et Maitres ont sacrifié leur vie avant de nous passer le témoin. Mais, tous ces manquements doivent être recensés, dénoncés et portés à la place publique s’il le faut. Mais, ils doivent surtout faire l’objet de plaintes portées contre les coupables aussi bien au niveau des Ordres professionnels de la santé notamment l’ordre des Médecins, celui des Pharmaciens et celui des Chirurgiens-dentistes, pour des mesures disciplinaires en ce qui concerne la commission des fautes professionnelles. Mais, les contentieux qui relèvent du droit pénal doivent être portés et cités devant les parquets afin que des sanctions appropriées soient prises contre fauteurs et que les mesures de réparations soit prises en faveur des ayants droit.

De cette même façon, nous devons œuvrer pour que nos concitoyens puissent s’acquitter honorablement de leur devoir citoyen, chacun en ce qui le concerne et là où il se trouve. Car, il faut le dire, nous sommes en train d’assister ces derniers temps à une désacralisation de la profession médicale dans notre pays. Cela n’est pas acceptable. Le médecin est quand même ce professionnel de la santé qui a choisi de se sacrifier pour sauver des vies humaines. De ce point de vue, il mérite notre respect, notre considération et même notre admiration. Quand je parle de médecin avec grand M, je parle de tous les professionnels de la santé. Qu’il soit pharmacien qui dispense le médicament dans son Officine, ou le chirurgien-dentiste qui soigne les malades dans son cabinet ou encore le biologiste médical qui fait des analyses biomédicales etc… Tous ces gens-là sont au service des populations et n’ont pour préoccupation que de soulager et traiter les malades.

Parlez-nous de quelques projets réalisés par votre plateforme ?
Quoique de naissance très récente, la COCIMOP-Santé a réussi à mettre en place des cellules universitaires dans les Universités publiques et privées, et a rencontré plusieurs autorités sanitaires et des partenaires techniques et financiers tout en sollicitant des partenariats avec eux.
Dans le cadre de l’exécution de son plan d’action opérationnel notamment en son volet renforcement des capacités de ses membres, la COCIMOP-Santé a organisé les 8 et 9 juin 2018, un atelier de formation portant sur les techniques de rédaction administrative et professionnelle. Cette formation est le début d’une série de formations destinées aux ONG membres et cellules universitaires afin de leur permettre d’être mieux outillées en techniques de rédaction notamment comment rédiger un CV ? Comment faire une demande d’emploi ? Comment rédiger une lettre de motivation ? Comment préparer un entretien d’embauche ? Comment rédiger un rapport d’activités ? Comment s’approprier des techniques de montage de projet ? Comment définir les termes de référence d’un projet ? Etc….

Ce sont autant de sujets qui seront abordés au cours des sessions de formations bien soutenues et qui sont animées par un pool de formateurs expérimentés, disponibles et déterminés à impulser une dynamique à nos ONGs à la base et leur permettre ainsi d’avoir chacune un parcourt impactant.

Notre objectif est aussi d’amener chaque membre de la COCIMOP-Santé à être créatif et innovant pour son propre rayonnement d’abord et celui de la plateforme, ensuite.

A ce jour le Bureau Exécutif, sur fonds propre a présenté deux projets à l’Assemblée Générale pour leur mise en œuvre aux prochains mois. Ces projets portent sur la sensibilisation de la population sur l’importance de lavage des mains et l’importance de protéger les aliments à consommation directe tels que les brochettes de viande, le pain, des galettes etc…. Et, on attend bien sûr l’accompagnement des partenaires techniques et financiers pour sortir nos gros projets des tiroirs de la COCIMOP-Santé pour le plus grand bien de la Santé publique dans notre pays.

Qu’est ce qui différencie la COCIMOP-Santé des autres plateformes de la société civile Guinéenne ?
Au plan juridique, rien ne nous différencie des autres plateformes du mouvement citoyen Guinéen, car, nous avons bénéficié de la même reconnaissance administrative et juridique et avons les mêmes rôles à jouer, à savoir, le rôle de veille, d’alerte et de propositions. Cependant, la COCIMOP-Santé a choisi de se spécialiser dans des questions de santé prioritairement. Elle se veut être la locomotive du mouvement social sur le registre de la santé en Guinée d’ici peu. Elle vise à moyen terme, à fédérer toutes les ONGs de santé dans une même dynamique, du moins pour ce qui en restera encore dehors. Nous engeons un grand mouvement inclusif et participatif pour la crédibilité du mouvement social mais aussi pour sa légitimité quelque peu écorcé de nos jours.

Quel regard portez-vous sur les autres plateformes de la Société civile Guinéenne ?
Je considère que le mouvement social guinéen est en train de faire son chemin dans notre pays. Souvenez- vous, il y a quelques années, il n’y avait que quelques personnalités religieuses comme Monseigneur Robert Sarah, certains Imams courageux, et certains syndicats qui jouaient le rôle qui était celui de la société civile, avant l’avènement du Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne. Depuis la moitié des années 2000, nous assistons de plus en plus à un engagement accru des citoyens ayant compris la nécessité de l’existence d’une troisième force républicaine dans notre pays. C’est dans cette optique que depuis l’an 2010, nous assistons à une pluralité des plateformes et réseaux des ONGs et autres regroupements citoyens à l’effet de consolider et d’enrichir les acquis du mouvement citoyen guinéen. Je voudrais saluer et encourager cet état de fait. Je suis témoin et parfois acteur d’évènements majeurs, dignes d’intérêt, qui ont marqué qualitativement et de manière indélébile, l’histoire politique et sociale récente de notre pays. A cet égard, je trouve qu’il y’a des acquis à capitaliser et des efforts à engranger afin que la société civile guinéenne puisse assumer les responsabilités qui sont les siennes pour le plus grand bien de notre nation à travers la consolidation du processus démocratique amorcé depuis quelques années.

Aussi, voudrais-je saluer la tendance amorcée par des plateformes et réseaux du mouvement social, en ce qui concerne leur spécialisation dans les domaines divers de la vie de notre société. Aujourd’hui, on rencontre des plateformes qui s’intéressent prioritairement aux droits humains, d’autres aux questions électorales et d’autres encore aux questions budgétaires et fiscales et bien sûr la COCIMOP-Santé, la nôtre est compétente essentiellement dans les questions sanitaires et communautaires.

Quel est votre dernier mot ?
Mon dernier mot s’adresse en tout premier lieu aux ONGs membres de la COCIMOP-Santé, je voudrais leur dire que je mesure à sa juste valeur la grande confiance qu’il ont bien voulu placé en moi et à l’équipe que j’ai l’honneur d’animer dorénavant en vue de bâtir une plateforme digne de nom et dont les projets et programmes doivent impérativement toucher les populations Guinéennes à travers leur accès aux soins de santé de qualité et à une vie descente pour tous. A cet égard, je voudrais compter sur leur soutien, leur implication et leurs critiques et suggestions à l’effet d’impulser une dynamique réelle dans le domaine de la santé dans notre beau pays.

Mon espoir est que les autorités politiques et administratives vont nous accompagner dans cette belle aventure qui, a priori, vient les renforcer dans leur mission régalienne qui consiste à offrir les services de qualité en matière de santé à toute la population Guinéenne et aux résidents.

Je voudrais aussi m’adresser aux professionnels de la santé avec lesquels je souhaite collaborer étroitement tout au long de mon mandat en vue d’imprimer une efficacité réelle à notre action.

Que les partenaires techniques et financiers soient rassurés de notre détermination à contribuer à l’amélioration de l’état de santé de nos populations. Pour cela, nous sollicitons d’eux des partenariats. Des courriers leur ont déjà été adressés dans ce sens et nous attendons leurs réactions.
Et, en fin je voudrais inviter la population et tous nos concitoyens à se joindre à nous dans ce combat légitime qui vise à garantir la santé publique dans notre pays.

Notre médium vous remercie Docteur CAMARA
C’est à moi de vous remercier et je compte sur votre accompagnement.

Interview réalisée par SOW Ousmane2 pour factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top