Gérance du pays, affaire condamnation de la ministre de l’agriculture, hausse du prix du carburant… Baadiko se lâche...!

ACTUALITE 0

Dans cette interview accordée a notre rédaction, Monsieur Mamadou Baadiko BAH, Président de l’Union des Forces Démocratiques (UFD) se prononce, pour une rare fois, sur la vie sociopolitique de notre pays. Son regard critique de gestion de la gouvernance Condé, l’organisation de la journée de l’élevage et la hausse du prix du carburant est visiblement mal perçu par ce leader de l’opposition. Il dit ses vérités. En Exclusivité !
Le Factuel de Guinée : Comment se porte votre parti politique, l’UFD?
Mamadou Baadiko BAH: Je puis vous dire que l’UFD ne se porte pas trop mal. Aux dernières élections communales par exemple, malgré les faibles moyens déployés, nous avons eu des délégués dans cinq mairies sur 6oùnous avions présenté une liste. Ce sont nos premiers élus sous la bannière de l’UFD. Le plus important est que de plus en plus, malgré l’environnement politique dominé par le système de Co-dominium politico-ethnique, nombreux sont les compatriotes qui nous donnent raison et approuvent nos positions politiques. Mais nous ne serons satisfaits que lorsqu’un jour, grâce à Allah et au travail acharné et les sacrifices de nos militants et militants, nous pourrons avoir l’adhésion de la majorité du people de Guinée, sans distinction de région. C’est une question de prise de conscience du people qui doit refuser de se laisse renfermer dans l’ethnicisme qui est le moteur de toute la vie politique de notre pays.

Quelle lecture faites-vous de la situation sociopolitique de notre pays?
Vous posez là une vaste question ! Sans chercher trop loin, on ne peut que constater que le nouveau gouvernement qui était censé apporter du sang neuf pour un nouveau départ prometteur, est pour ainsi dire paralysé, avant même d’avoir démarré. Vous avez d’abord le coup de tonnerre de la condamnation le 29 juin 2018 d’une ministre de la République à 20 mois de prison avec sursis par un tribunal belge qui l’a reconnue coupable de corruption. Dans le même jugement, on a cité le chef d’un gouvernement qui dit vouloir lutter contre la corruption. Sans compter que celle que la justice belge considère comme une délinquante est directrice de SOGUIPAH depuis 30ans ! Elle continue d’ailleurs à cumuler tranquillement son poste ministériel et la direction de cette entreprise d’Etat, comme si cette entreprise était désormais sa propriété privée. Quelle crédibilité voulez-vous que la Guinée ait dans le concert des nations avec un gouvernement pareil ? Qui peut encore nous prendre au sérieux ? A part cela, vous avez la coupure de la Route nationale Kindia-Mamou au niveau de Linsan et ce, depuis plus 10 jours sans qu’aucune solution ne soit en vue ! C’est par là que passe au moins 90% du trafic routier guinéen, y compris le fret pour le Mali voisin. La situation est chaotique et personne n’entrevoit la solution, en plein hivernage. On dit bien, « gouverner c’est prévoir» ; et comment se fait-il que l’autorité compétente soit aussi prise au dépourvu que les usagers ? Le plus grave, est qu’il y a beaucoup d’autres ponts stratégiques commence lui de Linsan qui, à force de surcharge et de manqué d’entretien, peuvent s’effondrer à tout moment, avec les risque énormes de pertes en vies humaines. Nous disons que c’est encore un exemple criant de l’incurie des pouvoirs publics avec des fonctionnaires qui passent le temps à se remplir les poches au lieu de faire leur travail. C’est déplorable et tout le people de Guinée doit entreprendre des actes. Ce n’est que les conséquences du système politique prédateur en place. Un dernier point : la non- installation des élus locaux, plus de quatre mois après l’annonce des résultats. Nous ne croyons pas du tout que les nouveaux élus, produits de notre système prédateur et corrompu, peuvent changer quoi que ce soit au quotidien du peuple, fait de souffrances sans nom, de cadre de vie exécrable et de privations de toutes sortes. Mais nous sommes dans un autre cas flagrant de violation ouverte de la loi et de mépris de la volonté exprimée par la population. C’est déplorable car chez nous, violer les lois quand elles n’arrangent pas l’élite, c’est la norme.

Quelle appréciation faites-vous de la journée de l'élevage qui vient de se tenir à Labé, entant qu'éleveur?
J’ai suivi comme tout le monde cette grande messe. Mais je me pose quand même la question de l’impact que cela aura sur l’élevage en Guinée. Il y a l’annonce comme toujours de mesures très volontaristes pour améliorer le rendement de l’élevage. Mais je ne vois encore rien de concret. Une bonne politique de relance de l’élevage doit s’appuyer sur une bonne concertation entre tous les acteurs du secteur : associations d’éleveurs, pouvoirs publics, ONG, banques, etc. Malheureusement on n’a rien vu de tout cela. Vous rappelez que moi- même je suis éleveur en Guinée. J’ai initié une insémination artificielle dans mon troupeau de race Ndaama avec des semences de race française Montbeliard. Malheureusement l’expérience a échoué. Les métis étaient trop fragiles pour notre milieu. Les conditions d’une bonne alimentation n’étaient remplies. Il faut énormément de soins, alors que nos bonnes vieilles Ndaama sont très résistantes. Came rappelle l’expérience des Russes à la ferme de Ditinn. Ils n’étaient pas loin de réussir, après vingt ans de croisements mais l’entreprise a été pillée et fermée. On a même eu beaucoup de bêtes qui avaient été transportées chez le Général Lansana Conté. Mais il faut savoir que le problème de l’élevage en Guinée, ce n’est pas seulement celui de la race. Il y a d’énormes facteurs limitant comme l’industrie florissante du vol du bétail. C’est ce fléau qui a ruiné l’élevage en Guinée. Je ne sais même pas s’il faut parler de vol car c’est à ciel ouvert. Les bandits spécialisés dans cette activité sont bien connus de tous, mais l’impunité leur est pratiquement garantie. A part cela, vous avez eu les attaques massives et la destruction de bétail en Guinée du Sud-est : Guécké du, Beyla, Kérouané, Nzérékoré, etc. Des milliers et des milliers de têtes y ont été
Massacres et mangées sans qu’il ne se passe rien. On n’a jamais entendu l’Etat produire une enquête détaillée sur ces actes afin d’indemniser les victimes dont beaucoup ont été ainsi ruinées et châtier les coupables pour prévenir la répétition de tells actes criminels. En attendant, l’importation massive de viande de buffet de poulets impropres à la consommation a de beaux jours encore devant elle. La santé des populations guinéennes est ainsi gravement menacée, dans l’indifférence générale.

Que pensez-vous de l'augmentation du carburant dans notre pays?
Après des rumeurs persistantes, le carburant a été augmenté de 25%. La mesure était donc attendue. Mais les conditions même de son annonce n’arrêtent pas de nous surprendre. D’abord, le Président de la République aurait dit qu’il n’est pas au courant d’une mesure aussi importante pour la vie quotidienne des Guinéens. Ensuite et c’est plus grave, le gouvernement n’a fait aucune communication sérieuse pour permettre aux citoyens de comprendre les motivations de cette hausse. Plus grave, rien n’a été dit sur la tarification des transports publics et autres, après cette augmentation ! C’est donc l’anarchie pure et simple. Certains transporteurs doublent le prix, « à prendre ou à laisser »! Il n’y a aucun recours. A entendre les partenaires sociaux, ceux-ci n’ont pas été consultés, ce qui est vraiment regrettable. Mais notre préoccupation avant tout est celle-ci : sachant que l’Etat guinéen est foncièrement corrompu et que toutes les ressources sont dilapidées par l’élite, ce n’est pas une simple augmentation de carburant qui va les satisfaire. Ils en ont toujours besoin de plus encore.

Quel est votre dernier mot ?
Tant qu’on ne va pas résoudre ce problème de la corruption, du vol et du gaspillage des ressources publiques, de l’enrichissement illicite, on ne peut pas espérer résoudre les problèmes dramatiques de la Guinée. La clé de notre problème, c’est l’attitude des élites face au bien public. C’est pour cette raison que nous avons lance le mot d’ordre : Gouvernants et élus, déclarez immédiatement vos biens à la Cour Constitutionnelle. L’accomplissement de cette formalité sera la ligne de partage séparant les vrais patriotes des imposteurs et affameurs du peuple.

Interview réalisée par SOW Ousmane2 pour factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top