Interview de Dr Taliby Dos Camara, vice-président du PPD « Le PPD s’oppose à la prorogation du mandat des parlementaires et les demande de quitter l’hémicycle dès avril prochain»

Interviews 0

La situation politique guinéenne s’enrichie en matière de violation des principes démocratiques par la prorogation récurrente des mandats des élus à tous les niveaux depuis l’avènement du multipartisme intégral en République. Le dernier acte est celui que la Cour Constitutionnelle vient de faire à l’endroit des députés dont le mandat prend fin en avril prochain. Nous avons rencontré le vice-président du Parti pour la Paix et le Développement (PPD) chargé de la jeunesse et de la communication, Dr Taliby Dos Camara qui a bien voulu se prêter à nos questions. En Exclusivité !

Le Factuel de Guinée : Présentez-vous à nos lecteurs
Dr Taliby Dos Camara : Je suis Dr Taliby Dos Camara (Ph.D), Enseignant-chercheur, chargé de cours à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry et vice-président du PPD chargé de la jeunesse et de la communication.

Parlez-nous de votre parti.
Le Parti pour la Paix et le Développement-PPD est un parti politique démocratique soucieux du développement politique, économique, social et culturel de la Guinée. Le parti a été officiellement lancé le 8 août 2015 pour faire face aux maux qui assaillent le peuple laborieux de Guinée. Nous pensons que les Guinéens ne méritent le sort que les politiques les réservent.

En effet, avec toutes les immenses ressources humaines, agricoles et minières, la Guinée mérite la place de numéro 1 en matière de développement tous azimuts mais hélas ! Les mauvaises politiques entretenues par des cadres peu recommandables ou pas recommandables du tout parce que sans scrupules, sans moralité, sans dignité et dépourvus de toute compassion qui colonisent les différents régimes qui se sont succédé et qui sont à la base du retard de la Guinée.

Mais vous n’êtes pas tolérants vis-à-vis des cadres !
Je ne peux être tolérant vis-à-vis des gens qui ont mis à genou un pays qui devrait être la locomotive du développement de l’Afrique de l’Ouest. Tenez-vous bien, depuis l’avènement du multipartisme intégral en République de Guinée et en dépit de toute la détermination des populations laborieuses guinéennes à accompagner le processus de démocratisation de notre pays, rien ne semble bouger dans la bonne direction.

En effet, il y aura bientôt 27 ans depuis que les organisations politiques ont été autorisées dans notre pays puisque les premiers partis politiques ont eu leur agrément en 1992. Depuis cette date, aucune échéance électorale n’a été organisée conformément à la Loi notamment celle relative à la tenue des élections communautaires, communales, législatives et présidentielle en Guinée.

Cette situation du reste inacceptable est entretenue malheureusement par les acteurs politiques et administratifs en fonction de leurs intérêts. C’est pourquoi, le Parti pour la Paix et le Développement (PPD), dénonce avec vigueur cet état de fait et accuse tous les partis politiques, en général, ceux représentés à l’Assemblée Nationale, en particulier pour avoir privilégié leurs intérêts au détriment de ceux de la Guinée et les Guinéens.

Qu’est-ce qu’ils pouvaient faire ?
Dans un régime démocratique, la Gouvernance est assurée par les élus à tous les niveaux. Certains sont chargés de voter les Lois et d’autres, à les exécuter. Donc les députés sont chargés de voter les Lois, le Président de la République, le Gouvernement et les exécutifs locaux, je veux parler des bureaux des mairies, sont chargés de leur mise en œuvre. C’est pourquoi, s’il y a défaillance, il ne faut pas chercher ailleurs car, les Lois responsabilisent les citoyens élus dans leur mission à ces différents niveaux. Ne dit-on pas que « Gouverner c’est prévoir ? ». Par ce manquement devenu un cancer pour le pays parce que les mauvaises habitudes ont la peau dure en Guinée, la majorité des Guinéens ne savent plus à quel Saint se vouer. C’est pourquoi, il faut extirper le cancer qui ronge la Guinée en le débarrassant des cadres qu’ils soient politiques ou administratifs véreux, mercantilistes et affairistes de la gestion de deniers publics. C’est vraiment regrettable !

Quelle est la position du PPD dans tout ça ?
Le Parti pour la Paix et le Développement, très légaliste, comme vous le savez, attaché au respect des Lois et Règlements en vigueur en République de Guinée y compris la tenue régulière des échéances électorales dans le respect du calendrier pour chacune d’elles, fustige à la fois le Gouvernement chargé de faire respecter les Lois et les Parlementaires qui étaient censés attirer l’attention du premier un an avant, en mettant en place un projet financier et matériel pour les élections législatives qui étaient attendues le mois d’avril prochain. Pour le PPD, ce comportement est de nature à saper les acquis démocratiques car, les élections sont tenues au bon vouloir des acteurs, pas par respect du timing accordé à chaque mandat.

Le Parti pour la Paix et le Développement remarque avec malaise que les revendications des partis politiques et la société civile sont toujours basées sur les intérêts des individus. Personne ne se soucie des élections alors que lorsque les dates des élections sont respectées, l’exécutif va respecter le peuple et les partis politiques sont valorisés car, dans une démocratie, sans élection point de parti politique.

Le Parti pour la Paix et le Développement s’oppose et dénonce avec véhémence la prorogation du mandat des députés et invite ces derniers à quitter l’hémicycle en avril 2019 marquant la fin de leur législature. Par conséquent, toute Loi votée à partir de cette date est nulle et de nul effet parce que nous avons désormais n’affaire qu’aux députés périmés donc mauvais pour la santé du pays. Que le Gouvernement invite donc les députés avant qu’ils ne soient périmés à une session extraordinaire pour voter la Loi sur le budget de ces élections car, il est absent dans les Lois de finances votées en décembre pour l’exercice 2019. Tout cela explique le laxisme des uns et le clientélisme des autres, face au péril de la nation. Pour cela, le PPD invite le Gouvernement à mettre tout en œuvre pour organiser les élections législatives avant la fin de l’année 2019.

La Guinée est le premier pays francophone indépendant le 2 octobre 1958 et elle pourrait être le premier pays de la sous-région à organiser le référendum en 1990 pour l’autorisation du multipartisme intégral, mais malheureusement, notre pays est le dernier en matière d’organisation des élections. Nous avons toujours eu des maires, des députés et un président, tous périmés. En regardant ailleurs, nous remarquons dans certains pays pourtant, qui ne sont pas supérieurs à la Guinée, quel qu’en soient les problèmes, comme le Mali, le Sénégal, la Côte d’ivoire, le Gabon, le Niger, la Mauritanie, pour ne citer que ceux-là, ils organisent toujours les élections à temps. Cela va avec la crédibilité du pays et le respect pour son peuple de récompenser les meilleurs élus et de congédier les moins méritant leurs suffrages. Un poste électif n’est pas une entreprise privée dont-on peut jouir éternellement. C’est le peuple qui décide dans le respect des Lois de la République. Ainsi, avec cette prorogation du mandat des députés, la Constitution est violée et le peuple est pris en otage car, il ne peut faire valoir l’un de ses droits républicains les plus importants en période électorale.

Certainement les gens qui pensent plus malins que les autres Guinéens vont dire que la prorogation du mandat des députés est inscrite dans la loi. Mais seulement, ils vont ignorer de dire en même temps que cela doit se faire dans les Exceptionnels comme en période d’épidémies ou de troubles majeurs qui pourraient empêcher sa régularité. La Cour Constitutionnelle devrait refuser car, la demande de prorogation n’est pas conforme aux exigences liées à un tel acte. En le faisant, la Cour Constitutionnelle a violé la Loi autant que l’Exécutif principal qui en a fait la demande. La Guinée et les Guinéens ne méritent pas ça. Dans un pays normal, les élections se tiennent normalement.

Que pensez-vous des différentes crises qui ont secoué le pays ces derniers temps ?
Le PPD se réjouit de la mise en place du nouveau bureau de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) qui vient de prêter serment à la Cour Constitutionnelle, la fin heureuse de la crise syndicale de l’éducation qui a causé beaucoup de dégâts dans nos école et le dégel des salaires de nos frères et sœurs enseignants dont le Gouvernement de Monsieur Ibrahima Kassory Fofana faisait planer au-dessus de leur tête et invite les uns et les autres à privilégier toujours le dialogue et la concertation afin d’éviter une telle situation dans le futur. Car, le PPD, épris de paix, de justice et de développement de la Guinée est attentif à toutes les préoccupations des Guinéens.

Quel appel avez-vous à lancer à l’endroit des Guinée ?
Merci pour cette importante question. Le PPD invite les Citoyens Guinéens à un renouvellement de la classe politique parce que les ainés ont échoué par manque soit de compétences, soit de volonté de faire avancer le pays dans l’unité et la fraternité.

Votre dernier mot
Par ma voix, le Bureau Exécutif remercie une fois encore tous les cadres du Parti pour la Paix et le Développement, de la base au sommet, pour leurs combats dans le processus de démocratisation de notre cher pays et il invite chacun en ce qui le concerne à continuer la mobilisation, la sensibilisation et la promotion de la paix dont-ils font montre leur maturité politique jusqu’au soir de la victoire du PPD aux prochaines élections législatives.

Je réitère l’invite faite aux conseillers élus du PPD lors des élections locales de février 2018 à cultiver la rigueur du parti par la promotion d’une gestion saine et responsable de deniers publics dans l’intérêt des collectivités.

Merci Docteur Camara
C’est à moi de vous remercier.

Interview réalisée par Ousmane Télico Sow pour factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top