Sécurisation des recettes de l’Etat : des détournements de recettes continuent !

SOCIETE 0

Malgré les efforts de mobilisation de recettes déployés ces derniers mois par la direction nationale des Impôts, plusieurs cadres de cet important service de recouvrement continuent à faire la part belle au grand dame des commerçants et au détriment de l’Etat qui a besoin de beaucoup de ressources financières pour faire face aux nombreux défis à relever dans l’intérêt du pays.

Je disais il y a peu, lors du bilan des six mois du professeur Alpha Condé à la tête de l’Etat Guinéen, sur les antennes de la radio nationale, dans le cadre de recouvrement des taxes et impôts que de tournement de deniers publics continuait malgré l’unicité de la caisse des services de l’Etat. Cette affirmation vient d’être révélée lors d’une petite enquête menée au grand marché de Madina.

Selon les informations reçues ça et là, au marché de Madina, il y aurait environ 190 Centres Commerciaux dont les plus importants sont : le Centre Commercial de Madina qui renferme 260 boutiques et une banque (BICIGUI) ; le Centre Commercial Fataco, 140 boutiques et le Centre Commercial Koumi 260 boutiques et une banque (Banque populaire maroco-guinéenne).

Cependant, chaque boutique paie par an une somme de cinq cent mille francs guinéens (500 000 GNF) mais malheureusement, les agents des services des impôts leur tendent un reçu de deux cent cinquante mille francs (250 000 GNF). Pour les magasins, les commerçants déboursent quatre millions l’année (4 000 000 GNF) mais ne reçoivent qu’un million de francs guinéens (1 000 000 GNF) comme reçu. Ce qui signifierait que l’Etat perd énormément d’argent.

Un commerçant qui a requis l’anonymat témoigne dans ces termes : « Nous demandons au président de s’intéresser aux taxes et impôts payés dans les grands marchés du pays notamment dans ceux de la ville de Conakry- dans les marchés de Madina, de Bonfi, de Kaloum, de Matoto et de Taouyah. Dans ces marchés, l’Etat perd énormément d’argent voir des milliards à cause des cadres véreux de l’administration des impôts qui veulent pas du changement prôner par le président Alpha Condé.

Il y a aujourd’hui plus de 190 Centres commerciaux à Madina seulement et dans tous ces centres commerciaux il y a au moins 180 boutiques. Ce qui est difficile aujourd’hui malgré le mot d’ordre de changement lancé par le président Alpha Condé, ces cadres continuent à détourner beaucoup d’argent à l’Etat.

Tenez-vous bien, par exemple, nous possédons trois magasins ici à Madina pour lesquels nous payons à l’Etat la somme de douze millions de francs guinéens (12 000 000 GNF) par an, mais malheureusement, on nous tend un reçu de quatre millions de francs guinéens (4 000 000 GNF). Nous l’acceptons par ce temps de changement pour nous éviter d’avoir des ennuis avec eux. Car, c’est eux qui viennent nous voir et s’il y a un problème, c’est leur parole contre la notre. C’est pourquoi, nous invitons le chef de l’Etat et le Gouvernement de mieux s’intéresser aux taxes et impôts des marchés, voir même remplacer ceux qui font actuellement le recouvrement en demandant aux commerçants de dire combien ils paient annuellement, en dehors des reçus qu’ils ont. Sinon, le détournement de deniers publics ne s’arrêtera jamais.

Le jour où cela sera compris, ils verront que les marchés font plus de recettes que la douane sur tout le territoire national." C'est tout dire!

Nous poursuivons les enquêtes !

Taliby Dos Camara, factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top