Séminaire de l’observatoire national de la démocratie pour le renforcement de la culture démocratique en Guinée

ACTUALITE 0

Ouvert le 30 le séminaire national sur le renforcement de la culture démocratique en Guinée a fermé ses portes le 31 mai 2011 au palais du peuple sur une note de satisfaction.
Organisé par l’observatoire national de la démocratie en Guinée ( ONDG) autour des « voies et moyens pour consolider la démocratie en Guinée », cette rencontre a connu la participation entre autres, des représentants des partis politiques, de la société civile et autres ONG, des confessions religieuses, des coordinations régionales, des universités.

La cérémonie d’ouverture, le 30 mai 2011, a été présidée par la conseillère chargée de mission à la Présidence Sanassa Kaba. On notait également la présence des membres du CNT et du représentant de l’ambassade du Maroc en Guinée.
Deux discours ont été prononcés à cette ouverture. La conseillère chargée de mission à la Présidence madame Sanassa kaba, au nom de la présidence et du gouvernement, a salué l’observatoire national de la démocratie en Guinée(ONDG).

Pour l’initiative d’une telle rencontre et pour sa présence remarquée sur le terrain de débats démocratiques en Guinée. Elle a encouragé l’observatoire pour son combat en faveur de la démocratisation en Guinée. Elle a, à cet effet, plaidé pour le dialogue, la concertation entre les acteurs sociopolitiques et économiques du pays. Elle a aussi appelé les populations guinéennes à la patience ; tant les défis pour le changement sont énormes mais pas impossibles à relever.

Dans son intervention pendant la conférence-débats, M Diaby kalifa, président de l’observatoire national pour la démocratie en Guinée, a d’abord parlé des objectifs de l’ONDG qui sont entre autres : la veille sur le bon déroulement politique, social et institutionnel des processus et des mécanismes de démocratisation en guinée ; l’interpellation des acteurs sociopolitiques, institutionnels et économiques ainsi que sur leur faisabilité et leur efficacité ; faire des études théoriques sur les choix politiques et institutionnels dans le cadre de la construction et de l’enracinement démocratique en Guinée…

Ensuite le conférencier a donné d’amples explications sur la démocratie, ses valeurs mais, ses complexités et son avantage. Il a fait à, cet effet, une brève étude comparative des régimes passés en Guinée. Qui ont tous une volonté manifeste de bien faire. Pendant le premier régime, dit-il, qui se situe entre 1958-1984, il y avait eu un Etat trop excessif. Par contre, poursuit-il, voulant corriger ces erreurs, le deuxième régime, caractérisé par une absence totale de l’Etat, n’a pu corriger. C’est justement, à ce niveau, et pour ne pas répéter les mêmes erreurs, que le conférencier a parlé de l’importance et du rôle que doivent jouer les acteurs de la société civils, des partis politiques et surtout des intellectuels, qui ont, à un moment donné de l’histoire de la Guinée, failli aux rôles qui leurs sont assignés.

Pour le président de l’ONDG, qui plaide pour un débat franc honnête et responsable, il est aujourd’hui nécessaire, au-delà des normes qui existent dans le pays, de revoir les relations entre tous les acteurs sociopolitiques et économiques dans le but de changer les choses dans le bon sens et donner la chance à la démocratie en Guinée. D’où, selon le conférencier, l’organisation par l’ONDG ce séminaire sur le renforcement des acquis démocratiques en Guinée.

Pendant donc les deux jours plusieurs thèmes aussi actuels comme « les rapports entre le pouvoir et l’opposition » ; « la religion et la politique » ; « les medias et la politique » ; « la place de la société civile dans la démocratisation » ; « la question des coordinations régionales et la construction nationale » ont été débattus par les participants. Il s’agissait pour chaque groupe de faire l’état des lieux de chaque thème et de faire des propositions concrètes. Ce qui fût fait.

Les participants qui ont félicité l’ONDG en l’appelant à une démultiplication de ce genre de rencontre à l’intérieur du pays dans le but de changer les mentalités, ont fait des recommandations. Il est à noter que la question des coordinations régionales et le rôle des médias dans la démocratisation du pays ont fait objet de débats houleux. Il a été constaté par exemple la « trop présence » des coordinations régionales dans la gestion du pays et l’utilité de définir leur limite en la matière sans oublier toutefois leur grande importance dans la vie du pays.

Concernant les médias et la politique, il a été recommandé la formation des journalistes, le renforcement de leur capacité financière pour garantir leur indépendance. Et aux partis politiques ainsi qu’au gouvernement de faire des discours réconciliateurs.

Le président de l’ONDG, à la fin des travaux, à publiquement condamné la descente des forces de l’ordre au siège du groupe de presse l’Indépendant, ce qui contraire au principe de la démocratie.

Diaby kalifa pour factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top