Un atelier de formation pour la promotion de leadership féminin à Kindia !

ACTUALITE 0

La préfecture de Kindia a servi de cadre le vendredi 1er juillet 2011 à l’ouverture d’un atelier de formation en leadership féminin sur le thème « Formation des femmes leaders en leadership féminin pour la mise en place de l’antenne régionale du Conseil Guinéen des Femmes (COGUIFEM) de Kindia.»

A cette occasion, plusieurs personnalités avaient fait le déplacement de la ville des agrumes Kania dont, entre autres, la ministre d’Etat aux affaires sociales, de conditions féminines et de l’enfance, Mme Cherif Nanténin Konaté, accompagnée des cadres de son département et des responsables UNFPA-Guinée. Il a également connu une forte mobilisation des autorités et des femmes leaders de la localité au nombre de 25 participants. En présence de la coordinatrice du projet « Appui au mouvement féminin et renforcement de la capacité des femmes dans la prévention des conflits, la consolidation de la paix et renforcement de l’unité nationale » Mme Nagnalen Kéita financé par le fonds des nations unies pour la population – UNFPA Guinée.

L’objectifs principal de cet atelier est de contribuer à la mise en place un mécanisme national de concertation et de coordination des femmes dénommé COGUIFEM.

La rencontre a commencé par une allocution de bienvenue prononcée par Mme le Gouverneur de la région administrative de Kindia. « Le choix porté sur ma région pour abriter cette rencontre témoigne de la ferme volonté des autorités au plus haut niveau du Ministère des Affaires Sociales de la Promotion Féminine et de l’Enfance d’améliorer les conditions de vie des couches féminines de ma région. »

Avant de saluer vivement cette initiative, selon elle, le Conseil Régional des Femmes tout en ayant un statut non gouvernemental et associatif jouera un rôle d’appui auprès des autorités de sa région et de ses structures déconcentrées dans la mise en œuvre et le suivi des programmes et projets de promotion féminine.
Elle poursuit dans ses termes, « Je reste donc convaincu que la mise en place de cette structure permettra de combler un vide dans les domaines de la concertation et de la coordination des efforts des femmes dans ma région gage certain de leur participation au processus de prise de décisions dans notre pays. »

Elle a terminé par assurer à l’avance de la disponibilité des autorités à tous les niveaux de la région de Kindia à s’impliquer avec détermination sur le terrain dans la mise en œuvre des recommandations qui seront issues des travaux.

Quant au représentant de l’UNFPA Guinée, Monsieur Eusebe Hounsokou, en s’adressant aux participants, il dira en substance que « Durant deux jours, les femmes leaders des associations, que vous êtes, aborderont les divers thèmes sur le leadership, les techniques de négociation, les droits des femmes et surtout la participation des femmes à la vie publique. A l’issus des débats, vous parviendrez à mettre en place un Bureau Exécutif de l’antenne régional du CONSEIL GUINEEN DES FEMMES (COGUIFEM) pour la région Kindia. Les autres régions administratives de Faranah, Labé Mamou et de Boké en seront dotées dans les jours qui suivent. Le but final de cet exercice est de créer un cadre unique de concertation des femmes leaders sans discrimination en république de Guinée. »

Avant d’indiquer que « c’est le lieu, pour moi, de vous remercier déjà de votre présence effective ainsi que celle de Madame la Ministre d’Etat en personne et les autorités locales pour toute les facilités accordées à ma délégation depuis son arrivée à Kindia. »

Ensuite ce fut le tour de la ministre d’Etat Mme Chérif Nanténin Konaté de prononcer le discours d’ouverture. Elle dira que « L’atelier qui s’ouvre aujourd’hui à Kindia n’est que la suite logique de cet important processus qui se poursuivra à travers le pays pour doter les femmes de Guinée d’un organe consultatif efficace et efficient.

En effet, il convient de rappeler que la mise en place de cette structure répond à une exigence à la foi interne et internationale, celle de donner suite aux engagements internationaux corroborés par la politique nationale de la promotion féminine et qui ont tous mentionné la nécessité de mettre en place un mécanisme non gouvernemental de concertation et de coordination des actions des femmes de notre pays.

Dans cette perspective de renforcement de la concertation et de la collaboration entre l’Etat et les organisations de la société civile et fidèle à sa volonté d’entretenir ce partenariat, le Ministère des Affaires Sociales, de la Promotion Féminine et de l’Enfance entend bénéficier de la contribution des femmes tant au niveau national, régional, préfectoral, communal que communautaire.

Toutes ces actions, témoignent de la ferme volonté des nouvelles autorités au plus haut niveau d’améliorer le statut de la femme guinéenne condition indispensable pour l’amélioration des conditions de vie des populations.

Pour ma part, je puis vous assurer d’avance que le gouvernement ne ménagera aucun effort pour s’impliquer avec détermination dans la mise en œuvre des recommandations qui seront issues de vos travaux. » Avant de déclarer ouverts les travaux de l’atelier de Formation des femmes leaders en leadership féminin pour la mise en place de l’antenne régionale du Conseil Guinéen des Femmes (COGUIFEM) de Kindia.

Les travaux ont débuté par l’exposé de la volonté d’améliorer le statut de la femme qui a conduit l’Etat Guinéen à adhérer, adopter et ratifier toutes les résolutions, recommandations, déclarations, conventions et dispositions sous régionales, régionales et internationales relatives à la promotion et à la protection des femmes dans les domaines social, culturel, économique, juridique et politique ; qui sont entre autres : la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDEF) (1981 et 1982) ; la Déclaration sur la plate forme d’action de Dakar et le programme d’action de Beijing (1995) ; la charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatifs aux droits de la femme (2004) ; la Déclaration Solennelle des Chefs d’Etats africains sur l’égalité entre les sexes (2004) ; la Déclaration du Millénaire sur la réduction de la pauvreté (souscription aux objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ; les Résolutions 1325, 1820, 1888 et 1889 du Conseil de Sécurité des Nations Unies et le Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique (NEPAD) ;

Il convient de rappeler que le rapport de synthèse de l’évaluation de la situation du genre en Guinée en mars 2004, avait recommandé la mise en place, en guise du système de suivi des résultats et de l’avancement des actions d’intégration du genre, d’un mécanisme de coordination/ concertation entre le Gouvernement, la société civile et les partenaires.

En dépit des efforts consentis, les femmes guinéennes, représentant 52% de la population, continuent d’être victimes de comportements discriminatoires qui se traduisent par : un bas niveau d’éducation ; un taux d’analphabétisme fortement élevé ; un faible accès aux soins de santé, à l’information et à des services connexes adaptés, abordables et de bonne qualité et une faible participation à l’exercice du pouvoir, aussi bien au niveau de la famille que dans la gestion des affaires publiques etc.…

Avec ce constat, tous les acteurs s’accordent à reconnaître que l’adoption de lois et de politiques ne suffit pas pour garantir une véritable égalité des sexes et un respect des droits des femmes.

Pour répondre aux engagements relatifs à la promotion des femmes, la République de Guinée doit favoriser le renforcement de l’ensemble des mécanismes nationaux en charges des questions du genre.

Dans ce contexte les femmes guinéennes sont appelées a faire preuve d’un meilleur engagement pour leur autopromotion par la promotion du dialogue, la création d’une dynamique de synergie entre les interventions des femmes de tous les secteurs d’activité et la mise en place d’un mécanisme non gouvernemental de concertation et de coordination des Femmes.
C’est dans cette logique que le Ministère des Affaires Sociales, de la Promotion Féminine et de l’Enfance en collaboration avec l’UNFPA se propose d’appuyer la mise en place des antennes du conseil guinéen des femmes (COGUIFEM) dans les cinq (5) Régions Administratives du pays (Faranah, Mamou, Labé, Kindia et Boké) après la mise en place de l’antenne pilote de la Région Administrative de Kankan.

Les résultats attendus par l’atelier, sont entre autres, la capacité des membres des antennes régionales est renforcé en leadership féminin ; les antennes Régionales du conseil guinéen des femmes (COGUIFEM) sont mises en place et sont opérationnelles et les femmes disposes d’un cadre de concertation et de coordination régionale.

Taliby Dos Camara, factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top