Affrontement du 1er mai au palais : ‘’USTG’’ version Mamou Charge le SLECG

ACTUALITE 0

Dans un entretien accordé à notre Rédaction au lendemain des affrontements entre les deux fractions de l’USTG, le Secrétaire général adjoint chargé des affaires sociales version Mamou est revenu sur les circonstances de l’arrestation de leur camarade.

Selon Thierno Oumar Balde, leur collègue Abdel a été attaqué puis transféré à la DPJ alors qu’il venait rendre visite à certains de leurs camarades blessés et admis à l’hôpital.

« On a appris qu’il y a des Travailleurs blessés admis à l’hôpital, je suis allé avec camarade Abdel pour s’enquérir l’état de ces blessés. Arrivé à l’hôpital on a été victime d’une attaque pour une seconde fois par les loubards du SLECG, ils nous ont insulté et allé jusqu’à attaquer mon véhicule. Abdel est descendu de la voiture, ils ont fait appel aux loubards pour arrêter ce dernier et le conduire à la DPJ », explique-t-il.
Il déclare par la suite que d’après les dernières informations, on l’a mis à la disposition de leur avocat. Il est en liberté provisoire et mis sous contrôle judiciaire, pour le moment, il est avec nous.
Le Camp Abdoulaye Sow a annoncé qu’ils vont porter plainte contre certains responsables de l’USTG version Mamou. Leur secrétaire général adjoint chargé des affaires sociales a indiqué qu’ils sont prêts à répondre à l’appel de la justice.
« Nous sommes respectueux des lois de la République, si vous voyez on a mis de temps depuis le congrès de Mamou parce qu’on veut respecter la loi et l’autorité d’État. Un syndicat qui ne respecte pas la loi est un loubard. S’il nous appelle, on va répondre, la loi est faite pour tout le monde », déclare Thierno Oumar Balde.
Il a aussi fait savoir qu’ils ont à leur tour porté plainte contre le Camp d’Abdoulaye Sow. Parce qu’ils se disent avoir tous les documents légaux, toutes les pièces justifiantes qu’ils sont habilités à organiser les festivités du 01 mai au palais du peuple.

Thierno Oumar Balde se dit vraiment désolé et déçu de ce s’est passé au palais mais à l’impossible nul n’est tenu. Il rappelle que le rôle du syndicat, c’est d’éduquer et sensibiliser mais il revient à l’Etat de ramener chacun dans son rôle.

« On a adressé un courrier au ministre de la sécurité de prendre des dispositions par rapport ça, parce qu’on avait reçu les prémices qu’ils allaient venir nous attaquer. Mais on a pris ça de façon désintéressé, c’est quand les cailloux ont commencé à pleuvoir sur nous qu’on a pris le problème au sérieux. C’est désolant, on ne souhaite pas que ça arrive mais quand c’est arrivé, il faut le gérer. Notre côté, nous allons sensibiliser nos adhérents que l’autre côté aussi le fasse dans l’intérêt du mouvement syndical Guinéen. Chacun de nous a un proche qui a été victime, on ne le souhaite pas mais c’est quand même regrettable », a déploré les responsable des affaires sociales de l’USTG version Mamou avant de dire que cet incident du palais est une première en Guinée et il souhaite que ça soit la dernière. Il a promis qu’ils feront tout à la mesure du possible pour éviter que cet incident malheureux ne se répète désormais dans notre pays.

Adama Bah pour Factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top