Entretien routier : aux GG, Bah Ousmane édifie le public !

ACTUALITE 0

Le ministre d’Etat chargé des travaux publics et de transports, Elhadj Bah Ousmane était hier 17 octobre 2012 sur les antennes de la radio Espace fm dans l’émission les « Grandes Gueules ». La problématique de l’entretien routier était au centre du débat. En toile de fond, la mission du ministère des travaux publics en rapport avec le fonds d’entretien routier.

Dans cet article, nous allons essayer de vous résumer le débat en vous donnant la quintessence.

Mission du ministère des travaux publics :
Le Ministère des Travaux Publics a pour mission, la conception, l’élaboration, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation de la politique du Gouvernement dans le domaine des Travaux Publics.
A ce titre, il est particulièrement chargé : de concevoir et de mettre en œuvre les stratégies et les plans de développement des infrastructures routières, ferroviaires, portuaires et des aérodromes ; d’élaborer et de faire appliquer la législation et la réglementation en matière de travaux publics ; de concevoir, d’élaborer, de mettre en œuvre et de contrôler les programmes de construction, de réhabilitation, d’entretien et de gestion des routes nationales et préfectorales, des voies urbaines primaires, des ouvrages et moyens de franchissement ; de concevoir et de réaliser la cartographie de base du territoire national ; d’organiser et de promouvoir la participation des collectivités et des associations locales aux travaux de construction, de réhabilitation et d’entretien du réseau routier sur l’ensemble du territoire national ; de contribuer à la promotion et au développement des entreprises et bureaux d’études locaux opérant dans le secteur des travaux publics et d’y privilégier l’emploi des jeunes ; de promouvoir l’utilisation des matériaux locaux et des techniques adaptées aux conditions locales de la construction et de l’entretien des routes ; et de concevoir et de mettre en œuvre une stratégie sectorielle de transfert de compétences aux collectivités locales conformément au Code des Collectivités.

Pour la mise en œuvre de ses programmes, le ministère des travaux publics a en son sein, entre autres directions nationales, la Direction nationale chargée de l’entretien routier.

Relation du ministère des travaux publics et le Fonds d’entretien routier
Elhadj Bah Ousmane a indiqué que, « le FER est un établissement public à caractère industriel et commercial, a pour mission de recueillir et d’administrer les fonds destinés au financement de l’ensemble du réseau routier éligible à la charge de l’Etat et des collectivités décentralisées. Il jouit de la personnalité morale, juridique et de l’autonomie financière. Il dispose d’un Conseil d’Administration (CA) (ndlr : composé de 11 membres. Cinq du public, cinq du privé et une onzième personne choisie pour son intégrité et son expérience. Ce dernier peut-être soit du public ou du privé.)»

Il y a, entre autres, un représentant des ministères comme des travaux publics, des finances, des transports, l’administration du territoire et de la décentralisation et d’agriculture. Également, nous avons un représentant de l’Union des Transporteurs routiers guinéens, un représentant des syndicats des chauffeurs, un représentant du patronat, un représentant de la Chambre d’industrie et de Commerce, la onzième personne est soit choisi par le privé ou par l’administration mais suivant son intégrité et son expérience dans la gestion administrative. Alors, c’est cet organe du CA qui, par dérogation, s’appuie sur une direction générale pour la gestion des ressources ainsi allouées en vue de l’entretien du réseau routier.

« Le FER est donc une structure autonome qui participe aux processus de budgétisation et de passation de marchés. Ce qui veut dire qu’il joue un rôle en amont et en aval. En amont, il participe aux cotés des maîtres d’ouvrage que nous sommes, c'est-à-dire les responsables de l’ouvrage. Les maîtres d’ouvrage sont chargés du suivi du réseau routier, de la programmation des travaux et de l’élaboration du budget/programme et en collaboration avec le FER consolident ce budget/programme devant être adopté par le Conseil d’Administration. » a dit le patron des Travaux publics.

A en croire Elhadj Bah Ousmane, « La Direction générale du Fonds d’Entretien Routier demande aux maîtres d’ouvrage de lui transmettre un plan de passation de marchés. Parce que le programme est annuel. Chaque campagne d’entretien routier correspond à un exercice annuel. Le Conseil d’Administration à travers la direction générale du FER veille sur les procédures de passation des marchés. Une fois adopté par le Conseil d’Administration du FER, le budget/programme annuel est exécuté suivant les procédures requises. C’est ainsi que les maîtres d’ouvrage procèdent à la préparation des dossiers d’appels d’offre, lancent ces appels d’offre en vue de recruter des entreprises pour exécuter les travaux. Une fois que les travaux sont engagés, les maîtres d’ouvrage sont chargés de suivre l’évolution desdits travaux et d’en assurer leur exécution correcte. »

A noter que les difficultés actuelles de l’entretien des routes résident dans la faiblesse des moyens, la non définition claire du seuil de dégradation des routes, de manière à cerner le portefeuille des sections des routes entretenables a la charge de la Direction nationale de l’entretien routier. C’est pourquoi, dans la plus part des cas, la visibilité de l’impacte de l’entretien routier est difficile. Or, selon les textes du FER, les dépenses de réhabilitation, de l’aménagement des routes existantes ainsi que de la construction des nouvelles routes ne sont pas éligibles au financement du FER. Ces investissements lourds sont à la charge du budget de l’Etat (BND/PTF).

Il est aujourd’hui important, très important que l’Etat Guinéen inscrive dans son programme et ses projets, la construction des routes car, une étude a montré que pour réhabiliter aujourd’hui l’ensemble du réseau routier, il faut près d’un milliard cent millions de dollars USD. Alors que les ressources financières actuelles ne représentent qu’environ 1% de ce montant. Ce qui démontre en filigrane, l’insuffisance de capacité financière du FER pour l’accomplissement de sa mission dans la grande satisfaction des populations guinéennes.

C’est pourquoi, pour atteindre les objectifs du président de la république, le Pr Alpha Condé, de faire de la Guinée un pays émergent, il faut impérativement investir sur la route au même titre que l’Etat investit dans l’eau et dans l’électricité. La route reste au centre de tous les développements.

Taliby Dos Camara, factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top