« On ne doit pas un rond à une ambassade aujourd’hui », rassure le chef de la diplomatie guinéenne !

ACTUALITE 0

Le Chef de la diplomatie guinéenne, le ministre d’Etat, François Louncény Fall a profité récemment de sa sortie face à la presse pour parler du bilan de ses cent premiers jours passés à la tête du département des Affaires Etrangères. Même s’il est difficile de dresser un bilan en trois mois de gestion, Louncény Fall peut afficher déjà une certaine satisfaction par rapport aux objectifs principaux qu’il s’est assignés dans une feuille de route dès sa prise de fonction.

Sur ce tableau de bord, le ministre des AE a inscrit un certain nombre de priorités qui va du diagnostic de la situation de la diplomatie guinéenne qui était caractérisée par une absence du pays dans le concert des nations à la vétusté criarde du patrimoine immobilier de nos ambassades.

Au niveau du département central, le constat du ministre a tout d’abord été focalisé sur la vétusté des installations, la démobilisation du personnel, due au fait que certains diplomates qui étaient déployés à l’étranger, s’étaient sédentarisés.

‘’Certains parmi les diplomates étaient en poste pendant plus de 20 ans. La chaine de rotation était rompue. Et en conclusion, aucun résultat’’ a-t-il dénoncé.

Nous avons, expliquera Louncény Fall, engagé sous la responsabilité du Chef de l’État, un certain nombre de réformes. Des mesures qui ont contribué à donner un visage à notre département, a-t-il déclaré en ajoutant que dans un pays, le département des affaires étrangères doit être une vitrine qui doit restée reluisante.

‘’Nous n’avons pas encore terminé mais, nous avons essayé de faire la toilette du ministère des affaires étrangères et donner une certaine image à notre département’’, remarquera le ministre Fall.

Après ce toilettage apporté au département, l’autre axe de la réforme engagée par Louncény Fall, a été la réduction du personnel qui était devenu anormalement pléthorique et improductif au niveau des ambassades.

Pour corriger cette situation, le ministre dit opter pour une compression drastique des effectifs qui s’est traduit par le rappel de plus d’une centaine de diplomates.

‘’Ce rappel a été fait selon des critères. Soit ceux qui ont trop duré dans les ambassades ou ceux qui, à notre avis, devaient revenir pour faire une série de formations ici et repartir. Nous avons donc rappelé ces diplomates et nous pensons que cela était conforme à une décision du conseil des ministres, prise avant même ma nomination. On avait décidé de réduire drastiquement l’effectif des ambassades et ce rappel a été fait, toutes les ambassades ont été touchées. Nous voulons rationaliser l’effectif dans les ambassades, pas trop de monde mais, ceux qui seront en poste doivent être qualifiés pour avoir des résultats’’, explique-t-il.

Cette réforme, soutient Louncény Fall, impactera directement sur le budget de l’État cette année avec une économie de plus de 5 millions de dollars.

Il se dit convaincu que si l’on continuait sur cette lancée, les ambassades seront assainies avec un personnel réduit mais efficace. Nous pourrons à ce moment mener notre action politique comme le font tous les pays en nous basant sur des possibilités de notre pays, a-t-il fait savoir.

Aux dires de Louncény Fall, tous les diplomates ont reçu leurs billets et tous, ont cessé leurs activités. Il reconnaît cependant les difficultés et la précarité dans lesquelles ils vivaient.

‘’Il est connu de façon notoire que les ambassades vivaient dans une espèce de dèche et que le personnel ne percevait ses émoluments, ni les primes’’, a-t-il avoué et de poursuivre qu’à la date d’aujourd’hui, toutes les ambassades ont reçu tous les traitements. ‘’’On ne doit pas un rond à une ambassade aujourd’hui. Tout a été payé et les traitements arrivent même avant la fin du trimestre. Puisque les ambassades sont payées trimestriellement. Le dernier trimestre de l’année 2012 a été payé début décembre. Donc, il n’y a pas d’arriérés au niveau des ambassades aujourd’hui. Tous les diplomates rappelés sont 125. Leurs billets sont en train d’être émis et nous pensons que dans deux semaines, ces diplomates doivent pouvoir rentrer au pays. Nous voulons aller cette fois-ci avec une certaine rationalité, prendre des décisions en ayant les moyens de nos décisions’’, commentera le chef de la Diplomatie guinéenne.

Concernant le patrimoine de l’État, il a annoncé qu’après le département central à Conakry, ce serait le tour des représentations diplomatiques.

‘’Nous avons instruit toutes les ambassades de Guinée, les missions diplomatiques et consulaires de fournir l’effort maximum pour que ces ambassades répondent à tous les critères dignes d’une ambassade. Aujourd’hui, je peux citer quelques ambassades qui ont fait des progrès importants. Quand vous allez à Paris, à New York, à Washington, à Abidjan, récemment à Accra, ces ambassades sont déjà au diapason et nous avons des locaux propres dignes d’une ambassade. Cela va continuer au niveau de toutes les missions diplomatiques. Ensuite, l’État guinéen dans le passé, avait déjà fait l’acquisition du patrimoine immobilier des chancelleries, les résidences dans les différents pays. Nous venons de lancer un appel à toutes les missions pour que nous puissions récapituler ce patrimoine parce que c’est le patrimoine de l’État, que ce patrimoine soit répertorié et qu’on puisse le valoriser. Notre mission, c’est de faire en sorte que nous assumions le retour de la Guinée sur l’arène internationale. Cela ne se fera pas seulement par l’aménagement des locaux, cela se fera par une présence effective de notre pays lors des prises de décision que ce soit dans la sous région ou dans le reste du monde’’, a promis Louncény Fall.

‘’Nous avons aujourd’hui 37 ambassades et un consulat général. A notre arrivée, nous avons demandé qu’on ferme deux consulats dont, à notre avis, l’existence ne se justifiait plus. Nous avons fermé notre consulat à Lisbonne et nous avons ouvert un consulat à Dubaï du fait que nous avons déjà une ambassade à Abu-Dhabi. 37 ambassades, c’est déjà raisonnable en raison des charges énormes qu’elles impliquent pour seulement un budget d’environ 417 milliards de francs guinéens’’, a expliqué Lounceny Fall qui plaide pour plus de rationalité.

Guineenews
Factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top