Levée des barrages interurbains: Réactions de quelques chauffeurs....!

ACTUALITE 0

Un communiqué conjoint signé par les ministres délégués à la défense, à l'économie et des finances, à la sécurité et à la protection civile,autorisant la levée des barrages routiers interurbains est tombé vendredi 11 février 2011
Suite à cela, Le factuel de Guinée, pour recueillir les impressions de quelques citoyens leur a tendu son micro. Lisez!

Baldé Issa: «C'est avec beaucoup de joie que j'ai appris cette bonne nouvelle. Elle va enfin mettre fin à nos souffrances. En tout cas, on l'espère. Moi, depuis très longtemps, je fais la navette Conakry-Kankan. Mais, je ne peux pas vous dire le nombre de barrages qu'on a l'habitude de rencontrer sur ce tronçon. C'est trop. Les forces de l'ordre, même s'il y a des exceptions, sont le plus souvent très durs envers nous. Parfois, ils n'ont même pas besoin des papiers, mais plutôt de ce qu'on a dans les poches. Donc, cette levée des barrages est une bonne chose. Merci à ceux qui l'ont fait.»

Mory Kourouma, propriétaire de taxi: «Je vois cette décision d'un très bon œil. Mais, il y a quand même des inquiétudes. Il ne suffit pas seulement de lever les barrages. Il faut mettre en place des équipes de patrouille entre les villes, même si c'est un peu difficile. Car, si on ne fait pas ça, les passagers et les chauffeurs seront en danger, face aux coupeurs de route. Vous savez que ces individus là sont un peu partout en Guinée. Lever les barrages sans des mesures d'accompagnement, c'est très dangereux. Sinon, c'est quand même une bonne chose.»

Mouminatou Fadiga, ménagère: «Je crois que Kourouma a tout dit. Il faut qu'on mette des agents de sécurité à certains endroits du pays. Surtout, dans les zones les plus touchées par le banditisme. A part ça, c'est une bonne chose. Les citoyens seront libres maintenant de circuler comme ils veulent. Mais, ils doivent être quand même en règle.»

Ali Traoré, sociologue: «Moi, pour être clair, je ne suis pas pour cette levée des barrages interurbains. Parce que je me dis que cela comporte assez de conséquences. A mon avis, c'est comme si on dit dans un match de football qu'il n'y a pas d"arbitre. C'est alors du n'importe quoi qui va se passer sur le terrain. Comme on a laissé au moins le cas des frontières, c'est bien. Car, si on lève les barrages là-bas aussi, le pays sera exposé à toutes sortes de choses nuisibles. Je vous remercie.»

Mlle Claudette Kgamou, étudiante: «Je suis native de N'zérékoré et je sais comment ça se passait quand on veut venir à Conakry. Il y a des barrages où même avec la carte nationale d'identité, il faut payer 5000 ou 10000 francs pour passer. J'ai vécu des scènes où on a humilié des gens parce qu'ils n'avaient pas de carte d'identité. Certains chuaffeurs aussi perdaient toutes leurs recettes pour des raisons non fondées. Donc, Dieu merci, si tout ça prend fin.»

Sanoussy Diallo, chauffeur de taxi et voyage entre Conakry et Mamou:« Je suis très heureux de constater que les barrages sont maintenant levés à l’intérieur du pays. Je viens de N’zérékoré. Depuis que j’ai quitté, c’est à la rentrée de Conakry que j’ai vu un barrage pourtant, on avait écouté le communiqué à la radio qui indique que tous les barrages doivent êtres levés exceptés au niveau des frontières.

J’avoue que je suis très heureux et j’espère vivement que cela va continuer qu’il ne s’agit pas un feu de paille comme avons l’habitude en Guinée. Seulement nous redoutons les gendarmes qui sont chargé à faire des patrouilles utilisent cela pour arnaquer. J’invite donc les dirigeants de veuillez au grain. »

Sy Adrien, le factuel de Guinée

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top