Crise politique en Guinée: Sidya Touré accuse le pouvoir auprès d'une mission d’écoute de l’ONU à Conakry

ACTUALITE 0

Une Mission du Secrétaire Général des Nations Unies Ban ki Moon conduite par M. Simon Pierre Nani du département des affaires Politiques, a rencontré le Président de l’UFR, M. Sidya Touré ainsi que les Députés de ce parti le jeudi 16 avril 2015 en vue de s’enquérir de la situation sociopolitique du pays et d’échanger avec les acteurs du processus électoral.

Le Président Sidya Touré a d’abord trouvé cette mission un peu tardive, compte tenu du non respect des accords de juillet 2013 pourtant facilités en partie par les Nations Unies. Des accords qui n’ont pas été appliqués par le gouvernement Alpha Condé après les élections législatives. « Nous avions pensé qu’on allait nous envoyer une mission pour nous dire que les accords sont signés et quand est-il de leur application ? », a indiqué Sidya Touré.

Il a renchéri en ces termes « Depuis 2011, nous avons bataillé pendant deux ans avec plus de 57 morts, avant d’obtenir les élections législatives. Aussi, Il a fallu quitter l’Assemblée nationale pour avoir un nouveau dialogue où il a été recommandé la mise en place d’un comité de veille et d’un comité de suivi, afin d’avoir une bonne élection. Les relevés de conclusions de ce dialogue ont été rejetés par le Président Alpha Condé lui-même, empêchant ainsi leur signature par les parties.

Concernant les élections communales, Sidya Touré a demontré que la CENI n’avait aucune possibilité de changer les lois en Guinée. « L’indépendance de la CENI est technique, ce n’est pas de changer les lois. Quand les mandats sont échus, elles se renouvellent et ceux des élus locaux sont arrivés à échéance depuis 2010. » Et d’enfoncer le clou « Tous les maires qui n’ont pas prêté allégeance au pouvoir en place ont été remplacés par des délégations spéciales. C’est le cas de 28 maires des 33 préfectures y compris les cinq Communes de la Capitale. Ils ont été tout de suite remplacés par les responsables du RPG dans la plus grande illégalité et cela depuis 4 ans contrairement au code électoral.

Pour montrer le manque de volonté du Gouvernement, Sidya Touré a dénoncé les crédits qui avaient été alloués à l’organisation des élections communales dans la loi des finances 2014 et le recrutement fantaisiste d’un operateur Malien, Dembélé. « 2 millions et 6 millions de dollars respectivement pour la révision des listes et pour les cartes électorales ». Et de conclure, « depuis 5 ans le bilan politique en Guinée s’est déroulé au tour du Processeurs électoral ».

Pour sa part, le chef de mission M. Nani a estimé qu’il serait important que les acteurs politiques dialoguent afin d’aboutir à une solution qui satisfasse tout le monde. Les émissaires du Secrétaire Général Ban Ki Moon, ont dit avoir pris bonne note des informations données par le Président de l’UFR, M. Sidya Touré, avant de rencontrer les Députés présents pour plus de détail.

Lu dans UFR COM

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top