Chemin de fer Conakry-Kankan : les raisons d’un blocage !

ACTUALITE 0

Le chef de l’Etat guinéen, le Pr Alpha Condé a reçu samedi 9 avril 2011 l’essentiel des syndicalistes guinéens qui sont venus lui présenter des doléances allant dans le sens de l’amélioration des conditions de vie des travailleurs guinéens.

Au cours de cette première rencontre, plusieurs autres sujets d’intérêts avaient été évoqués par le chef de l’Etat qui a voulu leur présenter, en quelque sorte son bilan des 100 jours passés à la tête du pays et les énormes difficultés liées à une gestion saine dans le sens du changement. Parmi les dossiers soulevés, il y avait celui du chemin de fer Conakry – Kankan dont le lancement officiel des travaux avait mobilisé plusieurs personnalités du monde notamment l’ancien et célèbre président du Brésil, Lula Da Sylva.

Aujourd’hui, les travaux de cet important projet guinéen sont presque arrêtés. Et pour cause ?
Votre site factuguinee.com a voulu en savoir davantage car, c’est le tout premier important projet du quinquennat du Pr Alpha Condé par rapport aux bénéfices que cela va apporter aux populations guinéennes. Non seulement en réponse au besoin de désenclavement des différentes régions traversées mais aussi le transport des marchandises à moindre coût.

Une petite enquête menée ça et là nous a permis d’humer l’arôme de cette situation qui commence à perdurer car les populations à leur tête les jeunes diplômés à la recherche d'emploi commencent à s'impatienter.

En effet, le projet qui a conduit à la reconstruction du chemin de fer Conakry-Kankan a été bel et bien été initié et les études de faisabilité réalisées par la société BSG Ressources qui a signé une joint-venture avec la société brésilienne et numéro 1 mondial en exploitation du fer, Vale. Cette nouvelle société dénommée VBG va non seulement financer la reconstruction du chemin de fer de 662 km mais aussi la construction des cités des travailleurs, des unités de traitement du fer, le chemin de fer minéralier de 112 km et un aéroport standard international à N’Nzérékoré pour un coût pondéré de quatre milliards USD en moins de deux ans.

Le projet VBG est une chaine de projets qui comprend à la fois la mine de Zogota et les blocs 1 et 2 de Simandou. La réalisation du chemin de fer Conakry-Kankan est un paquet de change par rapport au transport du minerai de fer et sa sortie par le port de Bucanan, au Libéria pour être exporté à cause de l’existence d’un port en eau profonde.

Selon certains spécialistes en ressources minières, pour que la Guinée puisse réaliser un port en eau profonde, il faut plusieurs années car, les côtes guinéennes ne son pas profondes. « Pour les grands bateaux minéraliers, il faut au minimum 25 m et 50 m au maximum pour pouvoir amarrer. Chose qui exigerait la réalisation d’un pont de 25 km à partir de Kaloum ou 18 km à partir de Matakang, à Forécariah. Des projets qui vont nécessiter jusqu’à 15 milliards USD. Pour un tel montant, aucune banque ne prendra le risque de s’engager dans une telle aventure avec la Guinée. Ce qui voudra dire que la Guinée continuera d’attendre encore pour plusieurs décennies avant de commencer l’exploitation. Si le Pr Alpha Condé reste sur cette position, les ressources minières vont encore continuer à dormir pendant que les populations vivent dans l’extrême pauvreté.» a indiqué un spécialiste qui a requis l’anonymat.

Il semble que contrairement à tout ce qui se dit, dans tous les pays de l’Afrique de l’Ouest, ce sont les chemins de fer métriques qui sont utilisés pour une question de connexion entre les pays par rapport au chemin de fer standard dont le nombre ne dépasserait guère quatre (les chemins de fer de SBK et CBG en Guinée).

Il semble que les chemins de fer en métrique dépasseraient de loin en capacité les chemins de fer standards. Par exemple, le chemin de fer minéralier de RusAl serait de 17 tonnes de charge à l’ESSIEU alors que celui en métrique serait le double.

Le chemin de fer que la société BSG Ressources a proposé à l’Etat est celui métrique de 30 tonnes à l’ESSIEU. Après discussions avec l'Eat, il a été convenu la construction du chemin de fer standard avec un coût beaucoup plus élevé.

Selon toujours des sources, le Pr Alpha Condé voudrait donner la construction du chemin de fer Conakry-Kankan à ses amis de Bolloré. C’est pourquoi, il aurait évoqué le cas d’appel d’offres alors que la durée des travaux est de 3 ans et demi. Pour une question de temps, la meilleure logique voudrait qu’une commission tripartite (BSGR, VALE et ETAT) soit mise en place pour assurer la supervision, suivi-évaluation des travaux. Et un comité d’Audit pour évaluer le financement.

Des sources soulignent qu’il semble que la Banque mondiale influencerait trop les décisions du président de la république car, cette banque travaille avec des sociétés financières qui seraient étroitement liées à certaines sociétés minières évoluant en Guinée.

Du point de vue taille, le projet VBG serait sans contexte le plus grand projet minier en Afrique. Les fonds qui doivent rentrer dans la construction du chemin de fer et tous les autres travaux liés à l’exploitation du minerai de fer de Zogota, et des blocs 1 et 2 de Simandou.
Lors de sa rencontre avec les syndicalistes, le Pr Alpha Condé avait attaqué les joint-ventures signées entre des sociétés Vale-BSGR et Rio Tinto-Chinalco. Il est important de connaître le statut des sociétés qui permettra de faire une meilleure appréciation. En effet, si une société comme Rio Tinto est une société anonyme (S.A), la société VBG est une société à responsabilité limitée (S.A.R.L) donc ne pouvant pas être cotée en bourse.

Aujourd’hui, on note, outre celles qui viennent d’être citées, il y a la société Global Alumina devenue Guinea Alumina Corporation avec BHP Biliton, Rio Tinto avec Alcan-Alcoa. Il s’agit pour les autorités d’analyser la nature de ces joint-ventures pour éviter la confusion.

Pour revenir sur le chemin de fer et l’exploitation du minerai de fer du projet VBG, de toute évidence avec le chômage qui bat son plein, tout retard dans l’exécution des travaux ne fera que jouer contre le quinquennat du Pr Alpha Condé qui n’a plus que 4 ans et huit mois.

Outre le fait que le chemin de fer sera livré au fur et à mesure que les travaux évoluent sur le terrain pour permettre aux Guinéens de l’utiliser mais aussi la création de milliers d’emplois qu’il va générer et les bénéfices que le pays tirera de cette manne évaluée à plus de 650 millions USD au début de l’exploitation et qui atteindra le milliard par an. Une recette à elle seule qui pourra permettre au pays de réduire considérablement ses dettes avec les sociétés financières internationales et les pays amis.

Taliby Dos Camara, factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top