Etienne SOROPOGUI, directeur des opérations à la CENI : « Il ne nous appartient pas de changer les résultats proclamés au niveau de la CENI.»

ACTUALITE 0

La commission électorale nationale indépendante (CENI) s’est déclarée incompétente de procéder à une quelconque modification des résultats des derniers élections locales du 04 février.
C’est au cours de la première étape de la rencontre qu’elle a entamé le jeudi 1er mars 2018 avec les acteurs impliqués du processus électoral que l’annonce a été faite.

En échangeant avec les responsables de l’UFDG au compte de la première série de cette rencontre, l’institution électorale qualifie la situation à laquelle elle est confrontée d’inédite.
« C’est un exercice totalement inédit. Nous avons clos tous les débats liés à ce processus, mais pour la paix et la stabilité de notre pays, aucun exercice n’est de trop. La CENI a dû devoir s’y plier pour que les guinéens puissent se regarder et travailler dans la paix et que le pays puisse avancer », a déclaré

Etienne Soropogui, le directeur des opérations de la CENI.
Selon lui, la CENI a demandé à l’UFDG de dresser la liste des bureaux de vote dont les procès verbaux ont été écartés ou modifiés.

« Cette liste va être fournie à la CENI qui à son tour en collaboration avec les démembrements va travailler à rechercher ces Bureaux de vote (…) La loi n’autorise pas que les PV des bureaux de vote soient remontés à la CENI centrale. Nous recevons exclusivement les PV de centralisation. Il s’agira pour nous, dès l’instant qu’on a la liste de ces PV écartés ou modifiés qu’ils soient remontés à la CENI centrale. Nous leur avons donné rendez-vous mardi prochain pour que nous puissions procéder à une confrontation des PV que l’UFDG apportera et ce que nous aurons trouvé sur le terrain. Cet exercice de comparaison sera effectué pour qu’on puisse assoir notre conviction sur les récriminations reprochées au processus électoral notamment au niveau des travaux des centralisations », a expliqué le directeur des opérations de la CENI.

Toutefois, l’adhésion de la classe politique guinéenne est fondamentale dit-il pour faire un nouvel examen. « Ailleurs on parle de recomptage des voix (…) rien n’interdit de revoir ce qui a été fait. Après, nous en tirerons les conclusions qui s’imposent (…). Il ne nous appartient pas de changer les résultats proclamés au niveau de la CENI. Par contre si nous parvenons à comparer ces PV, nous en dresserons un rapport, ensuite on verra ce qui pourrait être fait. L’important est qu’on n’empêche pas les conseillers d’être installés parce qu’il n’y a pas de stabilité et d’entente », a-t-il expliqué.

Apparemment, les circonscriptions de Matoto, Dixinn, Matam, Kindia, Dubrèka, Mafara sont entre autres celles pour lesquelles l’Union des Forces Démocratiques de Guinée a émis des réserves.

Par voix de l’honorable Kalémodou Yansané, le principal parti de l’opposition guinéenne dirigée par Cellou Dalein Diallo a demandé des vérifications dans ces circonscriptions.

« Nous avons la liste de tous les bureaux de vote qui sont soit écartés, soit falsifiés (…). Pour Matoto, 92 PV ont été écartés sur 959 bureaux de vote. Cela a causé un préjudice de 7600 voix à l’UFDG. Cela nous a fait perdre trois quartiers et un conseiller. On ne demande pas de faveur, nous voulons qu’on compare les PV. Si nous avons raison, qu’on nous rétablisse dans nos droits, si on a tort, ceux qui ont fait la fraude auront raison. Le but n’est pas de modifier les résultats, mais d’aboutir à la vérité des votes », a indiqué le candidat de l’UFDG à la mairie de Matoto.

Sow Ousmane2 était à la CENI pour factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top