Coopération : tenue de la réunion consultative de l’Union du fleuve Mano à Conakry

ACTUALITE 0

La salle de conférence du ministère de la coopération internationale a été le cadre hier lundi 30 mai 2011 pour la tenue d’une réunion consultative de l’union du fleuve Mano (Mano river union). Cette rencontre a mobilisé l’ensemble des représentants des quatre pays membres, des partenaires et les responsables de l’organisation sous-régionale.

La rencontre a commencé par l’allocution de l’ambassadeur de Liberia en Guinée, pays qui assure la présidence actuelle de l’union du fleuve Mano. Au cours de son intervention, le diplomate libérien a situé le contexte dans lequel se tient la réunion et tous les efforts que les Etats membres doivent déployer pour atteindre les objectifs assignés à l’organisation.

Ensuite, c’est le ministre de la coopération de prendre la parole. Au cours de son discours, Dr Koutoub Moustapha Sano dira en substance que « La présente réunion vient à point nommé, en raison de l’importance qui s’attache à la revitalisation de l’Union du fleuve Mano ; revitalisation perçue sous le double aspect des besoins du développement socioéconomique et de l’impérieuse nécessité de consolider la paix si chèrement acquise, tout en renforçant la sécurité individuelle et collective de nos Etats.

Aujourd’hui, les profondes crises et l’instabilité sous-jacente qui ont secoué à tour de rôle tous les quatre pays de la sous région se sont estompées, grâce à nos efforts certes, mais aussi avec l’aide de la communauté internationale qui n’a eu de cesse d’accompagner nos Etats respectifs sur le chemin de la paix et du rétablissement de la constitutionnalité.

Il est maintenant crucial, en cette nouvelle phase de la démocratie et de restauration de la bonne gouvernance dans tous les Etats de l’Union, d’envisager l’élaboration et la mise en exécution de véritables programmes, projets et autres plans d’actions porteurs de croissance et de développement, tout en prenant les mesures nécessaires à la mise en cohérence et au suivi-évaluation qui y seront inscrites. » a-t-il dit.

Cette intervention a été suivie par un exposé de la présentation de l’historique de l’union du fleuve Mano par le secrétaire général adjoint de l’institution, monsieur Simeone Moriba.

Ensuite, c’est Elhadj Thierno Habib Diallo, secrétaire général de l’union du fleuve Mano d’exposer sur le thème « Le Concept du Triangle de croissance comme stratégie de mise en œuvre du Plan Stratégique de l’Union du fleuve Mano ». Cette intervention portait sur entre autres, le Background historique de l’organisation, définition du concept, avantages, critères de sélection, Côte d’Ivoire-Guinée-Liberia, Sierra Leone- Guinée-Liberia (bec du Perroquet) suivi de la question Que peut-on faire dans cette zone en terme de coopération ?.

Il soutient que cette zone est un domaine de la production agricole, de la promotion des industries agricoles de la foresterie, du commerce transfrontalier, de l’exploitation minière (diamant, rutile, bauxite, minerais de fer) industrielle et artisanale, coopération dans le développement ou la réhabilitation des infrastructures physiques : transport et communication, énergie, équipements et facilités pour la petite industrie de transformation et de commerce transfrontalier et coopération dans la sécurisation des frontières.

Liberia-Sierra Leone (Coastline) dans lequel on parle des acteurs du triangle de croissance, environnement de paix, de sécurité et de stabilité. Il a terminé son exposé par way forward.

Après, C’est Dr Alpha Amadou Baldé, chargé de projets et programmes à l’union du fleuve Mano. Il dira dans ce domaine que « Dans le cadre de son mandat, le secrétariat de l’Union du fleuve Mano élabore et met en œuvre, grâce à l’appui technique et financier des partenaires au développement et des Etats membres, des programmes et projets communs dont les buts principaux sont : aider à l’amélioration de croissance économique en vue d’une réduction rapide de la pauvreté, l’accroissement du bien-être et du niveau de vie des populations de la sous-région ; favoriser la coopération et accélérer les processus d’intégration sous-régionale ; consolider la paix, la sécurité et la stabilité, gages de tout développement économique et social dans la sous-région. »

Ces programmes et projets concernent tous les domaines pertinents de la vie économique et sociopolitique des Etats. Certains seraient en cours d’exécution et d’autres en instance d’approbation et d’autres encore en cours de négociation.

Les travaux mont pris fin par un épisode de questions-réponses.

A noter que les quatre pays membres de l’union du fleuve Mano étaient représentés par leur ambassadeur (Guinée, Sierra Leone, Liberia et la Côte d’Ivoire). A leurs côtés, nous avons noté la présence des Ambassadeurs de France, du Maroc, d’Arabie Saoudite et le représentant de l’ambassade d’Espagne. Il y a avait aussi les représentants des bailleurs de fonds à savoir AFD, ONUDI, BM et CEDEAO.

A rappeler que l’Union du Fleuve Mano ou Mano River Union est née en 1973 à Malema, en Sierra Leone. La Guinée a adhéré à l’organisation en 1980 et la Côte d’Ivoire en 2008.

Taliby Dos Camara, factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top